Agis dans ton école en faveur des migrants et des réfugiés

Tu veux agir en faveur des droits des migrants et des réfugiés dans ton école ou ton mouvement de jeunesse mais tu ne sais pas trop quoi faire concrètement ?
Retrouve ici toutes nos propositions d’actions en cours dans ce domaine.

Chaque année, dans le monde, des millions d’hommes, de femmes et d’enfants quittent leur région ou leur pays d’origine.

Si certains quittent leur pays pour des raisons professionnelles, familiales ou tout simplement pour poursuivre leurs études, d’autres fuient des conflits, des persécutions, des catastrophes écologiques ou essaient d’échapper à la pauvreté.

Durant leur long périple pour rejoindre le pays de leur choix ou trouver un refuge, les migrants et réfugiés sont confrontés à de nombreux dangers et violations de leurs droits fondamentaux. Mais une fois arrivés dans un pays d’accueil, ils font aussi face aux discriminations, aux amalgames, aux rejets et aux atteintes à leurs droits.

Ça te révolte ? Tu veux agir ? Participe à l’une ou l’autre (ou l’ensemble !) de nos actions en cours pour faire changer les politiques migratoires, sensibiliser à ces questions les autres élèves de ton école ou de ton groupe de jeunes ou apporter ton soutien à des jeunes migrants et réfugiés.

Participe à notre action MEN’ARTISTES

Sais-tu que sur un total de 2,2 milliards d’enfants dans le monde, 220 millions ne grandissent pas auprès de leurs parents ou ces derniers sont dans l’incapacité de satisfaire leurs besoins fondamentaux ?

En Belgique, on estime qu’un enfant sur 25 se trouve dans une situation d’extrême vulnérabilité. Ce ratio comprend notamment les MENA (Source : ONG SOS Villages d’Enfants).

C’est quoi au juste les MENA ? C’est l’abréviation pour "mineurs étrangers non accompagnés". Ce terme désigne les jeunes, originaires d’un pays étranger, de moins de 18 ans qui ont quitté leur pays pour des raisons diverses (persécutions, raisons économiques et/ou sociales, catastrophes naturelles) et qui se retrouvent sans représentant légal (parent ou tuteur) dans un pays d’accueil. Il y en a beaucoup plus qu’on ne le pense et qui sait, certains sont peut-être même dans ton école.

Très souvent, les enfants migrants arrivés ou se retrouvant seuls dans un pays d’accueil se sentent très isolés, démunis et délaissés. Ils ont peut-être ton âge et tu es certainement le mieux placé pour échanger avec eux et partager des infos et des expériences.

JPEG - 60.2 ko
Des jeunes membres du conseil communal des enfants de Pont-à-Celles participant à notre action MEN’ARTISTES
© Amnesty International

Pour les aider à se sentir moins seuls, participe à notre action MEN’ARTISTES. Celle-ci te permet de leur exprimer ta solidarité et créer des liens avec eux, en leur envoyant des dessins, des photos, et pourquoi pas rester en contact avec eux ensuite ?

En savoir plus sur cette action

Signe notre pétition remettant en cause les tests osseux pratiqués à l’encontre des MENA

Tu peux aussi signer et faire signer une pétition visant à remettre en cause la pratique des tests osseux réalisés en Belgique pour déterminer l’âge des MENA.

A quoi servent ces tests ? En fait, pour pouvoir bénéficier d’une prise en charge spéciale, un MENA lorsqu’il arrive dans un pays doit pouvoir prouver qu’il a moins de 18 ans.

Or souvent, un jeune qui fuit son pays car il est en danger n’a pas le temps de prendre ses documents d’identité ou perd parfois ses documents pendant sa longue route migratoire. Il aura donc du mal à prouver qu’il a moins de 18 ans.

Il est normal dans certains cas de douter de l’âge d’une personne et d’éviter qu’un adulte se fasse passer pour un mineur. Dans ce cas, en Belgique, ce sont des tests osseux qui sont utilisés pour déterminer l’âge d’un jeune migrant isolé qui indique qu’il est mineur. Ces tests consistent en une triple radiographie des dents, de la clavicule et du poignet.

JPEG - 14.1 Mo
Jeune réfugié sur l’île de Kos en Grèce
© Amnesty International

Mais ces tests osseux sont peu fiables et soulèvent des questions éthiques. Ils comportent une marge d’erreur de 2 ans pouvant aller jusqu’à 5 ans et sont interdits dans certains pays comme le Royaume-Uni justement pour des raisons de fiabilité et d’éthique.

Ils ont été créés à partir d’une population blanche et ne prennent pas du tout en compte les spécificités ethniques, médicales, les excroissances... Et c’est le résultat de ces tests, parfois faux, qui va déterminer le futur de ces jeunes. Quand un jeune est considéré comme majeur, il perd le droit d’aller à l’école, d’avoir accès à un tuteur, et doit aller dans un centre d’accueil pour adultes ou se retrouve à la rue.

Grâce à cette pétition tu peux faire pression sur le ministre belge de la Justice pour remettre en cause la fiabilité de ces tests osseux pratiqués à l’encontre des MENA.

En savoir plus sur cette action

Agis en faveur des femmes et filles réfugiées

Tous les réfugiés sont des hommes ? Faux ! Des millions de femmes fuient les conflits, souvent seules. Actuellement, environ la moitié des personnes qui ont dû quitter leur domicile pour fuir la guerre ou la persécution sont des femmes, selon les estimations du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

Imagine : tu vis dans un camp de réfugiés, où tu as trop peur pour aller aux toilettes et où tu es victime de harcèlement sexuel chaque jour dans le pays d’accueil en raison de ton genre ou de ton identité. Cette réalité terrifiante, c’est celle que vivent à travers le monde des centaines de milliers de réfugiées, femmes et filles, et l’inaction des gouvernements des pays riches la fait perdurer.

JPEG - 386.4 ko
Réfugiées syriennes au Liban
© Asia Alfasi/PositiveNegatives

Pour faire changer les choses et soutenir les femmes et filles réfugiées, participe à notre action #JeSuisHumain-e lancée à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes : envoie un dessin ou un message de solidarité à des femmes réfugiées bloquées en Grèce et signe notre carte-pétition pour lutter contre les violences liées au genre, exiger une protection spécifique pour les réfugiées et plus de voies sûres et légales.

En savoir plus sur cette action

Commande notre matériel pour agir

Pour toutes ces actions, un tas de matériel de sensibilisation et d’action est à ta disposition : cartes postales à faire signer, pétitions, affiches, témoignages, badges, tattoos... et tout est gratuit !

Seuls les frais de ports seront facturés si la quantité commandée nécessite l’envoi d’un colis.

Pour commander du matériel pour toutes ces actions

En action et en images...

Depuis le début de l’année scolaire 2016, vous êtes nombreux à participer à nos actions sur la migration.

Nous avons déjà recueilli plus de 3500 signatures uniquement de jeunes pour la pétition sur les tests osseux pratiqués à l’encontre des MENA, nous avons déjà reçu plus de 200 dessins dans le cadre de l’action MEN’ARTISTES.

... Et vous ne manquez jamais d’imagination, la preuve en images !

Pour découvrir les photos de jeunes participant à l’action MEN’ARTISTES

Pour découvrir les photos de jeunes participant à la semaine PADAJA sur la migration

Parles-en à tes profs !

Sais-tu qu’il est possible de faire venir des animateurs d’Amnesty dans ta classe ou ton mouvement de jeunesse pour un atelier visant à déconstruire les préjugés sur la migration ?

Pour approfondir la question, un dossier pédagogique sur la migration accompagné d’un dossier d’exercices et une fiche pédagogique sur les MENA en Belgique sont aussi accessibles sur notre site ou peuvent être commandés en ligne.

Pour demander une animation sur la migration dans ton école

Pour télécharger notre dossier pédagogique sur la migration

Pour télécharger notre fiche pédagogique sur les MENA en Belgique

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Rejoins un de nos groupes-jeunes actifs !

...

Je m’inscris