Le Mexique : au coeur de la lutte contre la drogue et les gangs criminels

L’histoire du Mexique est complexe. Elle est récemment marquée par de fortes violences entre les gangs et cartels de drogues avec les policiers. Les politiques successives de lutte contre la violence ont eu un effet pervers : celui d’attraper à n’importe quel coût les grands criminels mexicains. Cette obsession conduit à des dérapages et la torture devient un outil quotidien pour obtenir des informations.

Le Mexique est la 14e puissance économique mondiale et la seconde économie d’Amérique latine.

Malgré le dynamisme de son économie, plus de 46 % des Mexicains sont pauvres. La pauvreté a souvent tendance à faire augmenter la criminalité : chacun cherche une solution pour subvenir à ses besoins. Le Mexique en est un parfait exemple puisqu’il connaît une explosion de la violence depuis plusieurs années, notamment avec les gangs et cartels de la drogue.

JPEG - 384.8 ko
Manifestation anti-gouvernement à Oaxaca ©Uta Rossberg

Le parti politique de droite gagne les élections présidentielles de 2000, et va relancer l’économie. Cependant, les marques du régime autoritaire précédent sont encore fortes dans la population. Les Mexicains restent méfiants face à une classe politique qui a toujours été corrompue et impunie. En 2006, après avoir de nouveau gagné les élections le parti de droite doit faire face à l’explosion de violence liée au trafic de drogue.

La guerre est déclarée entre l’État et les narcotrafiquants. Le gouvernement est à la recherche des membres de gangs dans la population civile. Pour cela, détentions arbitraires, tortures, disparitions forcées, et violences à l’encontre des femmes deviennent une habitude. Peu importe la loi, les autorités ont promis aux Mexicains qu’ils pourront vivre dans leur pays en toute sécurité.

JPEG - 177.5 ko
Police Fédérale Mexicaine ©Jesús Villaseca P/Latitudes Press 2009

En parallèle, une autre partie de la population fait parler d’elle : le groupe révolutionnaire des zapatistes apparu au milieu des années 1980. Ce mouvement, rassemblé dans la région du Chiapas cherche à défendre les minorités indigènes qui sont les plus pauvres du pays. Bien que les zapatistes prônent des actions non violentes, les autorités répondent toujours à leurs manifestations par les armes.

JPEG - 33.7 ko
Un Zapatiste cagoulé jouant du Guitarrón © José Villa

En plein développement économique, mais freiné par les inégalités flagrantes et la violence dans laquelle baigne le pays, le Mexique est aujourd’hui à un tournant : soit il trouve une réponse à ces défis, soit il s’enlise dans la violence.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris