Guinée - Le parcours d’une MENA

De nombreux mineurs étrangers tentent de rejoindre l’Europe pour fuir des conditions insoutenables et pour trouver une protection, un refuge, de l’espoir.
Leur parcours est souvent un périple, y compris en Belgique. Surtout quand on est une fille, que l’on a 15 ans, que l’on est enceinte et que les autorités belges remettent en cause votre âge.

A. (nous n’utiliserons pas son vrai prénom pour des raisons éthiques), originaire de Guinée, est une adolescente de 15 ans lorsqu’elle arrive en Belgique il y a 2 ans et demi.

Pourtant, après son accouchement et après avoir passé le test d’âge (voir notre autre article concernant les tests osseux pratiqués à l’encontre des mineurs étrangers non accompagnés), les autorités belges affirment qu’elle a 19 ans. Une nouvelle qui la plonge davantage dans l’insécurité pour elle et son bébé... Une insécurité qui se traduit notamment par des conséquences psychiques et sociales.

Après avoir été mariée de force à un homme qu’elle qualifie de "vieux salopard", elle est tombée enceinte alors qu’elle ne le souhaitait pas. Ayant perdu sa mère à 11 ans et ayant été excisée de force, elle ne voulait pas devenir mère si jeune. Rien que l’idée d’être mère l’angoissait. Au-delà de cette angoisse, elle a fait preuve de courage en affrontant les maltraitances familiales et les violences sexuelles qu’elle a subit.

Après que la décision des autorités belges soit tombée concernant son âge, elle a donc eu le sentiment d’être abandonnée encore une fois. Cela voulait dire qu’elle devait élever un enfant toute seule alors qu’elle ne s’en sentait pas capable.

Heureusement, A. s’est entourée de travailleurs sociaux pour l’aider dans sa détresse. Cet entourage a, en quelque sorte, compensé le manque institutionnel qui devait normalement être présent pour elle en Belgique.

Amnesty International Belgique francophone dénonce les méthodes utilisées pour déterminer l’âge des mineurs à leur arrivée. Cette procédure devrait se fonder sur une approche multidisciplinaire, elle devrait notamment accorder le bénéfice du doute aux migrants lorsqu’ils se présentent comme des mineurs.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris