La liberté d’expression, c’est quoi au juste ?

La liberté d’expression est un droit humain fondamental. Ça parait simple comme ça et pourtant, cette liberté n’est pas non plus absolue. Et si on mettait tout ça au clair ?

Liberté d’expression : un droit universel en danger

Le droit à la liberté d’expression est un droit fondamental qui est inscrit dans de nombreux textes tels que la Déclaration universelle des droits de l’homme (la DUDH) dans son article 19 et dans la Convention internationale des droits de l’enfant (article 13).

"Nul ne peut être inquiété pour ses opinions. Toute personne a droit à la liberté d’expression ; ce droit comprend la liberté de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute espèce, sans considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée ou artistique, ou par tout autre moyen de son choix."
Article 19 du Pacte International relatif aux droits civils et politiques

La liberté d’expression, c’est donc le droit de toute personne à exprimer ce qu’elle pense, ressent, quel que soit le moyen utilisé. Mais c’est aussi le droit à être informé et à pouvoir diffuser des informations. Il paraît logique que les droits d’expression, d’opinion et d’information soient liés. Comment avoir une opinion sans avoir de l’information et pourquoi avoir une opinion si on ne peut pas l’exprimer ?


© RIF

Le savais-tu ?

C’est durant la Révolution française de 1789 que la liberté d’expression est inscrite pour la première fois dans le droit. Dès le premier jour de la révolution, le peuple français, réuni en Assemblée, adopte la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Dès l’élaboration du droit à la liberté d’expression se pose la question des limites de ce droit. Deux camps s’opposent : d’un côté les partisans d’une liberté indéfinie et illimitée, soutenus par Marat et Robespierre, de l’autre les modérés, qui préfèrent une liberté limitée et définie par la loi. Le second camp l’emporte.

Aujourd’hui, ces droits nous paraissent acquis. Et pourtant il en fallut du temps pour en arriver là ! Des siècles de combats à vrai dire... Encore aujourd’hui, la liberté d’expression est trop souvent menacée ou même réprimée. Les lois qui limitent la liberté d’opinion sont un sujet délicat et difficile : chaque pays peut être tenté de restreindre cette liberté d’opinion, en fonction de son régime politique, son histoire et sa culture.

Si il est difficile de faire un tableau exhaustif de la situation de la liberté d’expression dans le monde aujourd’hui, nous pouvons tout de même affirmer ceci : les libertés d’expression, de manifestation, d’association, voire le respect de la vie privée, sont de plus en plus menacés. Les raisons sont variées : au nom de la sûreté de l’Etat, de la lutte contre le terrorisme, du respect des valeurs morales ou religieuses, du développement économique etc.

Une liberté absolue ? Non, il existe des limitations !

Comme dans toute liberté, il y a des règles à respecter. Tu te rappelles sûrement de la maxime du XIXème siècle, « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ». Cela signifie que chacun est libre mais aussi responsable de ses actes. Ces actes ne peuvent pas nuire aux autres personnes et ne peuvent pas être contraires a une ou des lois.

Des propos peuvent être blessants et encourager à la haine et au rejet. Mais les propos des uns ne peuvent pas toujours convenir à tout le monde ! Où placer les limites ? Dans la DUDH, il est écrit que chacun-e a le droit de s’exprimer librement tant qu’il ou elle ne porte pas atteinte aux droits fondamentaux des autres. Ces limitations sont encadrées par la loi . Elles doivent :

 être exceptionnelles
 être prévues par la loi
 poursuivre un but légitime
 être nécessaires et proportionnées au but recherché.

S’il y a un désaccord, c’est au juge de trancher.

La protection de la sécurité de l’Etat et la préservation des valeurs morales sont souvent invoquées pour limiter la liberté d’expression. La diffamation, la calomnie ou l’injure par exemple sont interdits. Il en va de même pour les propos négationnistes (la négation de la réalité du génocide pratiqué par l’Allemagne nazie contre les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale), l’incitation à la haine et à la discrimination. La liberté d’expression est aussi limitée au nom de la protection de l’enfance et par l’interdiction de divulguer des informations confidentielles.

Bien sûr, chaque cas est complexe, comme le montre l’histoire d’ Edward Snowden , dont tu as peut-être déjà entendu parler. Il a divulgué des informations confidentielles étasuniennes pour rendre publique des atteintes aux droits humains... au risque d’être emprisonné ! Grâce à cette action illégale, plusieurs pays ont modifié des lois et contribué à améliorer la protection de la vie privée. Alors, héros ou traître ?

Autre exemple : le droit à l’humour. Il existe un droit à la provocation, à l’excès, à l’outrance, à la parodie . Mais où se trouve la frontière avec les incitations à la haine ? En vérité, ce droit comporte aussi des limites. Seulement, c’est du cas par cas et c’est aux juges de décider ce qui relève de la liberté d’expression et ce qui est doit être puni par la loi. Charlie Hebdo par exemple, un journal satirique français, a perdu plusieurs procès... Mais il en a gagné de nombreux autres !

Un dernier exemple pour la route : le cas du blasphème . Le blasphème, c’est une parole ou un discours qui outrage une divinité, une religion, ou ce qui est considéré comme respectable et sacré. En Belgique, la loi n’interdit pas de se moquer d’une religion, mais elle interdit en revanche d’appeler à la haine contre les croyants d’une religion. La différence compte !


© Kichka (Israël)/Cartooning for peace

La liberté d’expression à l’heure du numérique

Les possibilités pour exprimer ses opinions et (s’)informer augmentent chaque jour davantage ! Les outils de communication numérique et les réseaux sociaux notamment ont le vent en poupe. Les blogs, facebook, twitter, instagram, youtube, snapchat... Que de possibilités ! Mais cela génère aussi des problèmes et des abus : cyberharcèlement , cyberhaine , atteinte à la vie privée, absence de protection des enfants à l’accès de certaines informations néfastes...
Il faut apprendre à les repérer et à y faire face. Autrement dit, il faut apprendre à utiliser ces outils de manière responsable .

La cyberhaine par exemple, ce sont les expressions (mots, images, vidéos) de haine sur internet à l’encontre d’une personnes en raison de sa couleur de peau, de sa prétendue race, de son origine, sexe, orientation sexuelle, conviction philosophique, religieuse ou politique, de leur handicap, maladie et/ou de leur âge. Ces propos sont bien souvent anonymes.

Sache que de nombreux sites et institutions proposent de contrer la cyberhaine et le cyberharcèlement par le biais de signalement, d’informations préventives et d’accompagnement .

Préserver la liberté d’expression sur Internet et les réseaux sociaux relève donc de la responsabilité de tou-te-s ! Il nous faut veiller et signaler les propos haineux mais soutenir et défendre ceux qui sont menacés ou emprisonnés pour avoir user de leur droit.


© RIF

Et Amnesty International dans tout ça ?

Amnesty International s’est juré de protéger et de réclamer le droit à la liberté d’expression. Depuis ses débuts, Amnesty fait campagne pour la libération sans conditions des prisonniers d’opinion, les personnes détenues en raison de leurs convictions, de leurs origines, de leur orientation sexuelle...etc. Grâce au combat des militant-e-s, grâce à votre soutien, Amnesty se félicite d’avoir déjà contribué à la libération de nombreuses personnes emprisonnées pour avoir exercé leur liberté d’expression.

Tout au long de l’année, des actions sont organisées. Signature de pétitions, actions d’urgence pour les individus en danger, marathon d’écriture de lettres, campagne bougie, semaine PADAJA... La liste est longue et les combats continent !

« Je ne partage pas vos idées mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous puissiez les exprimer » Voltaire

Ressources

Sache que tu peux trouver plus d’informations sur la liberté d’expression dans le dossier pédagogique "liberté d’expression" de cette année, que tu peux trouver ICI. Il y a aussi plein d’idées de films, livres, sites internet si tu as envie d’aller plus loin !

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris