Femmes : Mon corps, mes droits

Imagine qu’un matin, on t’envoie loin de chez toi pour aller te marier de force à un cousin éloigné. Ou que tu es victimes d’une agression sexuelle et qu’on t’accuse d’être coupable d’avoir provoqué l’agression, parce que tu portais une jupe, et que tu étais dehors le soir. Ou encore, que personne ne veuille punir le coupable. Imagines que tu tombes enceinte très jeune et que l’on t’interdise d’avorter, même si ta vie et celle du bébé sont en danger...

... comment pourrais-tu t’en sortir ?

Avoir le droit de refuser une grossesse risquée, ou en cas de viol ou d’inceste. Avoir le droit d’utiliser des moyens contraceptifs. Choisir librement de se marier et de fonder une famille ou de mener d’autres formes de vie familiale. Être protégé contre le viol et les agressions sexuelles. Choisir son orientation sexuelle. Ces droits, parmi tant d’autres, sont ce que l’on appelle des droits sexuels et reproductifs. Ils sont cruciaux, car ils donnent aux individus la possibilité de prendre, tout au long de leur vie, des décisions quant à la nature des relations intimes qu’ils souhaitent et de choisir avec qui ils veulent fonder une famille. Ils sont également nécessaires à la lutte contre la discrimination.

Ces droits ne font pas l’unanimité dans le monde. La liste des violation est longue. Le droit à l’avortement par exemple, n’est pas reconnu dans de nombreux pays. Même l’Irlande toute proche, ne l’autorise que dans le cas où la mère est en danger. Les mariages forcés ont encore cours dans de nombreux pays. Les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI) sont victime de discrimination dans de nombreux pays, certains comme l’Ouganda considérant l’homosexualité comme un crime passible de peine de mort. Les violences sexuelles contre les femmes font rages, et la Belgique n’est pas épargnée.

Il est temps de parler de ces violations massives des droits des femmes, et d’agir pour que les femmes puissent jouir de leurs droits sexuels et reproductifs !

Le savais-tu ?

En Belgique :

Un peu plus de 26 viols pour 100.000 habitants sont signalés chaque année. Seulement 4% des plaintes déposées pour ces viols débouchent sur une condamnation (contre une moyenne européenne de 14%). (UNODC, 2012 & UN Women, 2011)

Dans le monde :

127 pays ne pénalisent pas explicitement le viol conjugal (UN Women, 2011)

50 pays disposent d’un âge légal de mariage pour les femmes inférieur à celui des hommes (UN Women, 2011)

530.000 femmes meurent chaque année – soit quasiment une femme par minute à la suite de complications liées à la grossesse ou à l’accouchement (Amnesty International, 2010)

1/5 des femmes dans le monde seront victimes de viol ou de tentative de viol au cours de leur vie (ONU)

États-Unis : selon une étude d’Amnesty, 83 % des filles (âgées de douze à seize ans environ) scolarisées dans l’enseignement public ont été victimes de harcèlement sexuel, sous une forme ou une autre

Les mutilations génitales féminines sont pratiquées dans au moins 28 pays d’Afrique. En Somalie, 97,9% des filles sont mutilées, soit la quasi-totalité d’entre elles.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris