La campagne dignité, pourquoi ?

L’objectif de la campagne dont la préparation a démarré il y a plusieurs années est de mettre fin aux violations des droits humains qui entraînent les gens dans la pauvreté et les y maintiennent. Le monde n’a jamais disposé d’autant de possibilités, d’une telle prospérité, d’autant de connaissances et de technologie pour pouvoir combattre la pauvreté. Si nous avons les moyens de stopper la pauvreté, alors l’immobilisme, le fait de détourner les yeux et la minimisation de ce problème ne sont pas excusables. C’est une violation d’un droit.

La pauvreté n’est pas qu’une question de manque de revenus. Il ne s’agit pas que d’argent. On oublie d’autres aspects comme la discrimination ou l’exclusion. Pour beaucoup de personnes qui vivent dans la pauvreté, cela implique de n’avoir aucun accès à la nourriture, à l’eau potable, à l’éducation, à des soins, à un logement ou à un travail. La pauvreté, cela signifie aussi être impuissant, sans pouvoir et sans voix, ne pas être pris au sérieux, être exclu, vulnérable, vivre dans l’insécurité et la peur de l’avenir.

SORTIR DU CERCLE VICIEUX

Pour mettre fin au cercle vicieux du dénuement, de l’insécurité, de l’exclusion et de l’impossibilité de se faire entendre, il faut la participation des personnes concernées, l’accès à tous les droits et l’obligation de rendre des comptes pour les Etats et les entreprises.

Quatre thèmes seront prioritaires durant les premières années de cette campagne qui sera menée sur un long terme : les droits des personnes qui vivent dans des bidonvilles ; les mesures contre la mortalité maternelle ; la responsabilité des entreprises en particulier dans l’industrie extractive ; un renforcement de l’approche droits humains dans la poursuite des Objectifs du Millénaire de l’ONU pour le développement.

Amnesty International soutiendra les personnes directement sur le terrain dans leur lutte en faveur de leurs droits et aidera à ce que leurs problèmes soient entendus et pris au sérieux.

ET EN BELGIQUE

La pauvreté est un phénomène répandu dans le monde entier. En Belgique aussi près de 15% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté.

En tant que personnes humaines, ils et elles vivent l’exclusion, c’est cela l’injustice.
Les droits économiques et sociaux doivent être reconnus comme des droits et ne pas seulement être définis comme des objectifs à atteindre.

La pauvreté en Belgique est un problème en grande partie caché. Celui qui vit en situation de pauvreté ne sort pas volontiers ; celui qui n’est pas en situation de pauvreté n’est guère conscient du problème ou préfère l’ignorer. Mais la pauvreté existe et ne disparaîtra pas parce que nous fermons les yeux. Malgré la prospérité ambiante, les mêmes chances ne sont pas données à tous. Cette constatation est indubitable.

Mais la Belgique a également des responsabilités au-delà de ses frontières. Par une politique étrangère cohérente, qui place les droits humains au centre, la Belgique pourrait contribuer à mettre un terme au cercle vicieux de la pauvreté.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris