Laurane, 15 ans « Il est important de parler des enfants-soldats »

Laurane Thys a 15 ans et est étudiante à l’Institut Saint Jean-Baptiste de Wavre. Durant l’année scolaire 2011/2012, leur professeur lance la classe sur un projet dynamique : créer une affiche par groupe afin de sensibiliser les autres élèves de l’école. Les groupes sont formés et les thématiques sont données. Laurane et ses amis (Raphaël De Mal et Antonin Riche) n’accrochent à aucune des propositions et décident donc de travailler sur un sujet qui les touche : les enfants-soldats.

Interview recueillie par Laura Lhoir

LL : Comment as-tu eu l’idée de travailler sur la thématique des enfants-soldats ?

LT : J’avais déjà dans le passé travaillé sur cette thématique qui m’avait beaucoup touchée. Je trouvais donc que la création d’une affiche qui serait accrochée dans l’école était un bon moyen de sensibiliser les autres élèves de l’école sur le sujet.

LL : En étudiant de plus près la thématique, quels sont les points qui t’ont le plus marqués ?

LT : J’ai surtout été marquée par les conditions de vie de ces enfants. Beaucoup d’entre eux sont enlevés dans la rue, drogués et maltraités. Pour moi, les enfants n’ont pas leur place sur un champ de bataille, ils ne devraient pas être soldats.

LL : Tu as décidé d’aller plus loin que la simple création d’une affiche. Tu as décidé de créer un site Internet parlant de la thématique. Pourquoi ?

LT : Il est important de parler des enfants-soldats. Lorsque j’ai décidé de créer ce site, je voulais le partager au plus grand nombre possible, je voulais que les gens s’intéressent à cette problématique. J’ai donc décidé de partager le lien à tous mes contacts Facebook et autres.

LL : Aujourd’hui, continues-tu de parler de la condition des enfants-soldats ?

LT : Bien sûr. Je continue d’entretenir mon site Internet et à le diffuser.

LL : Tu as décidé de prendre contact avec Amnesty International. Pourquoi ?

LT : Lorsque mon père a vu le site que j’ai fait, Il a envoyé le lien à un de ses amis qui est membre d’Amnesty International.

LL : D’après toi, comment des jeunes peuvent agir et lutter contre l’utilisation des enfants-soldats ?

LT : Pour lutter contre l’utilisation des enfants-soldats, on peut soutenir des ONG en travaillant bénévolement ou en faisant des dons. J’ai des connaissances qui ne savaient même pas que les enfants-soldats existaient. Je pense donc qu’il est également important d’en parler autour de soi car le pire pour ces enfants serait qu’on en parle plus et que plus personne ne se soucie d’eux.

Pour découvrir le site de Laurane, clique ICI

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris