Les enfants-soldats dans le monde

Qui sont les enfants-soldats ?

Les Nations Unies (ONU) ont élaboré une définition de l’enfant-soldat pour que tous les pays ayant ratifié la Convention des droits de l’enfant (CIDE) de 1989 partagent la même référence.
L’article 1 de la Convention stipule : "Un enfant-soldat s’entend de tout être humain âgé de moins de 18 ans, sauf si la majorité est atteinte plus tôt en vertu de la législation qui lui est applicable".

Un enfant-soldat a donc moins de 18 ans. Il peut être très jeune : certains enfants sont recrutés dès leur plus jeune âge, dès qu’ils peuvent se rendre utiles (par exemple en portant du matériel, en transmettant des messages...)

Tu as sans doute vu de nombreuses photos de jeunes garçons portant des armes, mais il faut savoir que les filles sont toutes aussi concernées par le phénomène. Elles représentent en fait la moitié des enfants recrutés.

Que font les enfants-soldats ?

Les enfants-soldats ne sont pas tous... des soldats ! Il n’est pas nécessaire qu’ils portent des armes pour entrer dans la définition. L’important est qu’ils soient enrôlés, de gré ou de force, dans un groupe armé étatique ou rebelle, et ce, quelle que soit la fonction qu’ils exercent. Ils peuvent donc tout aussi bien être des cuisiniers, porteurs, messagers, esclaves sexuel(lles)...

Les enfants-kamikazes sont également de plus en plus nombreux dans de nombreux pays. Des gamins d’à peine six ans sont "formés" dans un but : mourir pour la cause. Une chose est sûre : il ignorent souvent leur rôle dans les opérations meurtrières qui leur sont imposées.

Où vivent les enfants soldats ?

Pour voir la carte en grand format, clique ici :

PDF - 847.4 ko
Carte de la présence des enfants soldats dans le monde

Un autre cliché bien ancré dans nos esprits : les enfants-soldats sont tous africains. Il existe cependant des enfants-soldats en Asie, en Amérique Latine et au Moyen-Orient.

Afrique :
Environ un tiers des enfants-soldats se trouvent dans des pays d’Afrique en conflit. Il s’agit notamment du Soudan et Sud-Soudan, de la République démocratique du Congo, du Tchad et de la République Centrafricaine, mais aussi plus récemment du Mali.

Asie :
Le Myanmar (anciennement Birmanie) serait le pays qui utilise le plus grand nombre d’enfants-soldats au sein des forces armées gouvernementales. Des enfants-soldats sont également présents en Thaïlande, au Pakistan, en Afghanistan, aux Philippines.

Moyen-Orient :
Le nombre d’enfants recrutés par les groupes armés rebelles explose dans la région. Cette augmentation est liée à l’intensification des conflits notamment en Irak, au Liban, en Israël et dans les Territoires Palestiniens.
Suites aux révolutions arabes, des enfants-soldats participant au conflit auraient été vus, notamment en Syrie. Nous avons actuellement très peu d’informations sur le sujet.

Amérique Latine :
Des enfants-soldats sont toujours recrutés en Colombie. Selon l’ONU, il y aurait entre 8 000 et 11 000 enfants dans les groupes armés en 2009.
En Haïti, des enfants seraient utilisés par les groupes armés dans la ville de Port-au-Prince et ses environs.

(Informations basées sur les données du bureau du Représentant spécial du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, rapport de l’ONU de 2010, www.un.org).

Quelle est la situation en Amérique du Nord ?
Des ONG dénoncent les techniques très agressives de recrutement de jeunes dans l’armée américaine. Dans les Junior Reserve Officer Training Camps, les gamins enfilent un uniforme, gagnent des médailles, tirent à balles réelles. Les ONG dénoncent également la présence de soldats de moins de 17 ans dans les rangs de l’armée.

Et en Europe ?
Les jeunes peuvent recevoir une éducation militaire mais pas aller sur le terrain.
En Angleterre, des ONG lancent un appel contre la propagande agressive pro-armée faite dans les écoles. Des recruteurs interviennent massivement à l’école, sans avertissement préalable. La présence à l’assemblée est alors obligatoire.
En 2007, l’Angleterre a provoqué un scandale en envoyant 15 soldats âgés de 17 ans, dont 4 filles, en Irak.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris