Parler de la torture aux jeunes, c’est possible

À première vue, la torture est un sujet délicat, violent et traumatisant, qui n’est pas abordable avec des enfants ou adolescents. Pourtant, le sujet est de pleine actualité et il est donc important d’en parler car le silence favorise sa pratique. En tant qu’enseignant, vous allez rencontrer des difficultés à discuter de ce thème avec vos élèves. Voici dans cet article, quelques conseils d’Amnesty International en la matière.

Avant toute chose, il est possible que quelques élèves, ou leur famille aient déjà subi des actes de torture, ou bien d’autres formes de maltraitance. Il serait donc approprié d’annoncer aux étudiants qu’ils peuvent demander à vous parler en privé si besoin. Ainsi, il est vivement conseillé de connaître et de respecter la politique de l’école en matière de protection de l’enfant. Si un tel cas se présente, vous pouvez donner à l’étudiant les coordonnées des fédérations pour la protection de l’enfance, telles que SOS Enfants.

Pour commencer votre intervention, il est nécessaire de donner une définition claire de la torture et des traités qui interdisent son application. Cela évite des amalgames qui détourneraient le débat.
Par ailleurs, un bref état des lieux permet aussi de présenter l’ampleur de ce phénomène dans le monde. Les enfants et les ados apprendront que les victimes de torture sont surtout des suspects de droit commun ou des prisonniers politiques.
Enfin, il est important d’expliquer que dans les pays où la torture sévit depuis de nombreuses années, les victimes ne dénoncent plus ces comportements, car ils les pensent normaux. L’impunité renforce ces violences.

Amnesty International vous donne toutes ces informations spécifiques dans le dossier pédagogique et sur le site stoptorture.be. Des idées d’activités, de trois niveaux différents, adaptés à des âges bien spécifiques, vous sont également exposées dans le manuel d’exercices.

Pour les plus petits, nous proposons de traiter la thématique à l’aide du conte "L’homme qui écoutait chanter l’oiseau" qui parle plus des circonstances favorisant l’usage de la torture que de sa pratique en détails.

Les objectifs :

  • découvrir une première approche à la thématique
  • connaître les circonstances qui favorisent la pratique de la torture, et les raisons pour lesquelles des personnes sont torturées
  • inciter à une réflexion sur la légitimité de la torture

Pour les élèves d’un niveau intermédiaire, nous conseillons l’utilisation de l’actualité, de publications et de propositions d’actions d’Amnesty International pour amener le débat. Vous pouvez aussi vous servir du DVD "Stop Torture" d’Amnesty International ainsi que du film "Do-it-yourself" d’Eric Ledune. Il vous présente l’essentiel de la torture sous toutes ses formes. Il est même possible d’inviter le réalisateur dans sa classe.

Les objectifs :

  • définir le mot torture dans son contexte juridique 
  • se familiariser avec les techniques d’interrogatoire 
  • comprendre les raisons de la torture
  • comprendre qui sont les victimes de la torture et les raisons de celle-ci 
  • découvrir les rôles de l’État face à ce fléau et les garanties à mettre en place
  • comprendre les conséquences de la torture sur une personne, sa famille, sa communauté et son pays.

L’enseignement de la torture pour les plus grands peut consister à débattre des arguments contre la torture, des limites de sa définition, ainsi que des concepts proches. Nous proposons d’utiliser le film "Sous la main de l’autre" de Dominique Henry et Vincent Detours. Le film présente des victimes de torture et ses conséquences dans leur vie. Si vous le souhaitez, vous avez la possibilité de faire venir les réalisateurs en classe.

Les objectifs :

  • appréhender le concept de la torture
  • remettre en cause la perception de la torture à travers les réseaux sociaux
  • mener une réflexion sur l’ampleur des conséquences de la torture
  • se ré-approprier des arguments contre la torture

Enfin, il est important de ne pas laisser les jeunes inactifs avec ces nouvelles informations mais de leur proposer des moyens concrets pour agir contre la torture. Pour cela nous proposons des pétitions à signer, des cartes de soutien à écrire, ainsi que des animations en classe ! Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter le secteur jeunes d’Amnesty via l’adresse jeunes@amnesty.be

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris