Sarah Mardini et Seán Binder : leur histoire en vidéo

Ce témoignage a été recueilli par Amnesty International lors du passage de Sarah Mardini et Seán Binder à Bruxelles en septembre 2019.

Un témoignage à exploiter en classe

Sarah Mardini et Seán Binder, âgés de 24 et 25 ans, ont tous deux mené bénévolement pour une organisation non gouvernementale à Lesbos, en Grèce, des actions de sauvetage en mer de migrants et de réfugiés entre 2017 et 2018. Leurs actions consistaient à repérer les bateaux en détresse afin de pouvoir porter secours et fournir une première assistance aux personnes qui tentaient de traverser la Méditerranée au péril de leur vie pour rejoindre un lieu plus sûr.

Le 17 février 2018, Sarah et Seán ont été arrêtés, interrogés et détenus par les autorités grecques en raison de leurs actions en mer, puis relâchés après 48 heures, le 19 février. Suite à cela, une enquête a été ouverte à leur sujet.

Le 21 août 2018, ils ont de nouveau été arrêtés et détenus pendant plus de trois mois. Ils ont été libérés sous caution dans l’attente de leur procès. Ils sont accusés d’espionnage, de trafic d’êtres humains et d’appartenance à une organisation criminelle. Actuellement, leur cas fait toujours l’objet d’une enquête et ils risquent jusqu’à 25 ans de prison.

Sarah Mardini et Seán Binder sont, tous deux, défenseurs des droits humains et sauveteurs formés et qualifiés. Sarah est Syrienne et a quitté son pays en guerre pour rejoindre la Grèce en 2015. Lors de sa traversée de la Méditerranée, alors que le bateau sur lequel elle se trouvait était endommagé, sa soeur et elle ont sauté à l’eau et remorqué à la nage avec d’autres passagers le bateau jusqu’aux côtes grecques de Lesbos. Aujourd’hui, Sarah est étudiante en arts et sciences politiques et vit à Berlin. Seán, lui, est Allemand, mais a vécu une grande partie de sa vie en Irlande. Son père a fui le Vietnam pour venir en Europe. Il est diplômé en relations internationales.

Le cas de Sarah et Seán n’est pas un cas isolé, mais il est emblématique d’un problème plus large en Grèce et dans toute l’Europe. D’autres défenseurs des droits humains ont été inculpés pour avoir sauvé des vies et continuent d’être pris pour cible simplement parce qu’ils sont solidaires envers les personnes cherchant à rejoindre un lieu plus sûr.

« Ce n’est ni un acte d’héroïsme ni un acte criminel »

Nous vous proposons, à travers la vidéo ci-dessous, de découvrir l’histoire de Sarah et Seán, racontée par eux-mêmes lors de leur venue dans les locaux d’Amnesty International à Bruxelles en septembre 2019.

Sarah témoigne de son histoire personnelle. Elle y relate le début de la guerre, les préparatifs de son départ, le voyage, son arrivée en Allemagne et le début de son engagement bénévole. Son témoignage permet, d’une part, de comprendre les motivations et les événements qui l’ont poussé à mener des actions de sauvetage bénévolement, et d’une autre part, d’appréhender la réalité de l’exil.

Seán, lui, se focalise principalement sur le contexte politique entourant la crise de l’accueil des migrants. Il explique comment il voit les actions de l’Union européenne envers les migrants et décrit leur première arrestation, en février 2018.

Cette vidéo peut ainsi être exploitée dans le cadre d’un travail pédagogique avec des jeunes pour aborder les questions de migration et de droits humains, mais aussi de politique. Le travail autour de tels témoignages est utile pour illustrer concrètement ce que représentent les droits humains et la défense de ces droits. Pour ce travail, il est possible de s’appuyer sur les fiches témoignages de Sarah et Seán.

Leur discours, utile et fort, est à découvrir et faire connaitre !

https://youtu.be/_snx5vyAP9k

Passez à l’action !

Le cas de Sarah et Seán fait aujourd’hui toujours l’objet d’une enquête. Interpellons dès maintenant les autorités grecques afin d’abandonner toutes les charges qui pèsent sur eux et mettons fin à la criminalisation de la solidarité !

Toutes les infos
Toutes les actions

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris