Témoignage de Amy et Ella Meek : s’inspirer les unes les autres

Le 10 décembre 2019 dernier, journée internationale des droits humains, Amnesty International s’est rendue au Young Activists Summit (YAS) qui se tenait au Palais des nations à Genève. Ce sommet organisé par l’Office des Nations unies, la Radio Télévision Suisse et l’ONG dev.tv donnait la parole à six jeunes femmes activistes du monde entier venues raconter leur parcours exceptionnel.
Découvre le témoignage de deux d’entre elles : Amy et Ella Meek.

Une matinée au Young Activists Summit : six jeunes femmes forces de progrès pour les droits humains

La célèbre salle des droits de l’homme et de l’alliance des civilisations est comble, remplie de classes venues de tous les cantons suisses et au-delà. Des centaines de jeunes sont venus écouter ces six jeunes femmes charismatiques, puissantes et libres.

La session jeune de la matinée est officiellement lancée à dix heures tapantes sous les applaudissements déjà conquis de la salle. Puis, place à l’émotion et à l’humilité. C’est au tour de Amy et Ella Meek

Témoignage de Amy et Ella Meek

Ce sont Amy et Ella Meek, respectivement 14 et 16 ans, qui vont ouvrir le débat de la convergence des luttes au YAS 2019.

« C’est intéressant d’entendre de tels témoignages alors que dans nos pays on va à l’école sans y penser, c’est intéressant d’entendre parler d’autres luttes  ».

Kids Against Plastic a été créé « par des enfants pour les enfants » à l’initiative de ces deux jeunes sœurs anglaises. Leur association rencontre un succès planétaire. Leur énergie inspire chaque jour de nombreux autres enfants dans le monde qui s’approprient les méthodes de Amy et Ella : ramasser un maximum de plastique à usage unique (sacs plastiques, gobelets, couvercles, etc). Aujourd’hui Kids Against Plastic c’est près de 70 000 déchets plastiques à usage unique récoltés avec un objectif de 100 000 à atteindre bientôt. Amy et Ella s’accordent à inciter les particuliers comme les entreprises à entreprendre eux même le nettoyage de leur planète. Elles estiment également que les jeunes sont les seuls à pouvoir se prévaloir de luttes désintéressées parce qu’ils n’ont rien à perdre ni à gagner.

« Nous les jeunes nous avons notre part à jouer. Nous ne le faisons pas pour être célèbres ou gagner de l’argent mais pour ce en quoi nous croyons ».

« Lorsque nous avons commencé notre campagne il y a 10 ans la pollution plastique n’était pas dans la presse. Notre but était de suivre de jeunes activistes qui avaient lancé une campagne contre les sacs plastiques. Lorsqu’elles ont commencé elles avaient le même âge que nous donc nous nous sommes dit que nous pouvions faire la différence ».

Le message est passé : quel que soit le combat mené par ce panel de jeunes filles c’est à se regarder vivre et agir qu’elles ont trouvé le courage de mener leurs actions. C’est parce que d’autres avant elles ont initié le mouvement qu’elles se sont senties légitimes et plus encore capables de relever les plus grands défis du 21ème siècle. Amy et Ella nous ont dit, n’attendez plus, engagez-vous : «  nous allons grandir et hériter de cette planète ».

Avec éloquence et aplomb, elles nous expliquent que plus notre maison sera fragilisée plus nous serons vulnérables et exposés à la détérioration rapide de nos droits fondamentaux. Ces jeunes filles ouvrent la voie de l’espoir et du changement dans un monde ou le climato- scepticisme et l’impuissance de la communauté internationale pèsent sur l’avenir.

Amnesty ne peut que s’inscrire dans les pas de Amy et Ella et des quatre autres jeunes femmes qui ont témoigné au YAS 2019 pour lancer un appel fort à la jeunesse : n’attendez pas qu’on vous donne une raison d’agir, vous êtes cette raison même. Vous êtes ceux par qui et pour qui le changement naît !

Toutes les infos
Toutes les actions

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris