Les stagiaires civiques en action !

Le 15 mai 2019, nos 8 stagiaires civiques ont assuré une animation à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles, face à une vingtaine d’élèves de 4ème secondaire. Ils ont parlé des droits de l’enfant, et se sont concentrés sur les discriminations, thème qui les touchait plus particulièrement. Retour en images sur ce moment qui marquait la fin de leur stage civique chez Amnesty !

9 semaines de préparation

Comme nous l’avions déjà mentionné dans un précédent article, nos 8 stagiaires n’ont pas manqué d’ambition et de créativité dans la conception de leur animation : « loup-garou » revisité, fresque, court-métrage etc. Ils avaient du pain sur la planche !

C’est surtout lors de la 7ème séance qu’ils ont pris le temps de filmer leur danse, ainsi qu’une scène se déroulant dans une école.


En plein tournage de la danse sur le thème des discriminations !


Tournage de la scène se déroulant dans la cour d’une école : un élève est discriminé en raison de son orientation sexuelle, et une autre en raison de son apparence physique.


« Article 3 : J’ai le droit au bien-être », le court-métrage se terminait par l’énonciation de quelques droits extraits de la Convention internationale des droits de l’enfant, chaque élève s’en étant approprié un.


©Léa Giordano
Les élèves ont répété une dernière fois l’animation avant le jour-J, au sein des bureaux d’Amnesty.

Le jour-J

Le 15 mai, les 8 stagiaires se sont jetés à l’eau : ils ont présenté leur animation à une vingtaine d’élèves de 4ème secondaire de l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Ils ont commencé en donnant quelques mots d’explication sur Amnesty : la naissance de l’ONG, les luttes menées. Ils ont ensuite projeté le court-métrage, et enchaîné avec une brève présentation de la Convention internationale des droits de l’enfant.


L’animation s’est poursuivie avec une partie de « Discriminator » : un « Loup-garou » revisité, où chacun jouait un rôle précis : enfant, adulte, défendeur des droits de l’enfant etc.


Les 8 adolescents ont également parlé de deux femmes défendues par Amnesty International :
 Goulzar Douichenova, militante du Kirghizistan qui s’est battue pour les droits des personnes en situation de handicap. Son combat a d’ailleurs porté ses fruits !
 Amaya Coppens, jeune prisonnière d’opinion au Nicaragua, toujours détenue actuellement. Les stagiaires ont rencontré sa cousine, Justine. Ils en ont profité durant l’animation pour partager quelques extraits audio et vidéo de cette rencontre enrichissante !


L’animation s’est clôturée avec une fresque où chaque élève a pu noter un petit mot, la plupart à l’intention d’Amaya. Des pétitions exigeant la libération des étudiants nicaraguayens arrêtés arbitrairement ont également été signées par certains élèves. Merci pour votre participation !

Et encore merci à nos 8 stagiaires civiques pour leur implication durant ces dix demi-journées passées ensemble !

Toutes les infos
Toutes les actions

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris