Témoignage de Joakeem Carmans - Stop the Violence Gagnant de notre concours photo - Prix du public - Catégorie 18-23 ans

De Joakeem Carmans

Ma photo ‘’ Stop the Violence ‘’

C’est un fond noir, très sombre sur lequel une petite lueur entoure un être humain aux poings ensanglantés. Ces poings sont mis en valeur par cette lumière comme un coup de projecteur qui montre la symbolique de main dans un contexte de violence mis en avant par toutes ces nombreuses formes. C’est avec les mains que l’on porte des armes pour tuer des personnes, c’est avec les mains que certains hommes frappent leurs femmes. Nombreux en sont les exemples. L’ajout du texte "Stop the Violence" est une manière d’accentuer encore plus la thématique. Nombreuses sont les personnes qui m’ont dit que même sans le texte, on aurait compris de suite. L’image parle d’elle-même. Elle a su parler à de nombreux votants. Pour ma part, le véritable Prix du Public de ce concours est d’avoir su offrir un nouveau regard sur les violences de ce monde à environ 700 personnes.

Mon auto-portrait

Je m’appelle Joakeem Carmans. J’ai 21 ans. Je suis de Bruxelles et poursuis mes études de photographie à l’Institut Félicien Rops à Namur. Après avoir eu un passé assez difficile où les échecs scolaires s’accumulaient, j’ai enfin trouvé ma voie. Je suis fraîchement diplômé en tant que technicien photographe avec une distinction de Prix du Jury. Après 4 années de formation scolaire appliquée en photographie, je réalise actuellement une 7eme année qualificative en complément de l’art visuel appliqué à la vidéo et la photo. A Félicien Rops un des atouts est l’enseignement par des gens du métiers passionnés par leur métiers, qui cherchent à transmettre leur amour pour la photo à leurs élèves. C’est une école où apprendre est un régal et où la direction, en l’occurrence, la Directrice Madame Michèle Bouchonville, est toujours proche de ses professeurs et de ses élèves afin de les encadrer au mieux et de leur offrir de la reconnaissance en organisant des expositions photos ou artistiques. Actuellement, une exposition photo d’une trentaine de mes images est présenté au Cinéma ELDORADO de Namur jusqu’au 25 mars. L’entrée est gratuite, il suffit de demander son ticket à la caisse, ce qui permet de rentrer dans les recoins du cinéma (qui a presque 100 ans d’existence) dirigé par Isabelle Vanshel.
C’est un très grand honneur d’avoir l’opportunité de pouvoir exposer ma photo Stop the violence auprès de grands photographes dans l’exposition Droits dans les yeux d’Amnesty International.

La photographie et moi

Ma passion pour la photographie n’a pas de limite. Tout m’attire. Je ne saurais jamais mettre mes mots sur mon amour de la photographie comme par exemple dire "j’aime faire de la photo de mode, ou de la photo reportage etc" tout simplement parce que mon amour pour la photo est indéfinissable. J’aime son histoire, ses grands photographes en citant en exemple Henri Cartier Bresson. J’aime la découverte et la capture de l’instant.

Mon futur

Mon avenir se lira tout en photographie, peut-être dans une agence de presse, et en réalisation par ma poursuite d’études en Cinéma (probablement à l’IAD). Je voudrais être réalisateur, caméraman, scénariste et auteur de mes propres films. J’aime l’instant photo mais je voudrais pouvoir offrir plus, exprimer plus, en images, en mouvement et en émotions. La thématique que j’aimerais mettre en avant dans mon futur travail est la violence, que j’aimerais dénoncer également dans un film en un beau clin d’œil à Amnesty International et qui pourquoi pas ? Pourrait s’appeler … STOP VIOLENCE.

Pour voir les photos de l’ensemble des gagnants du concours

Pour retrouver les témoignages des autres gagnants du concours

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris