Shi Tao : le prisonnier d’opinion chinois libéré !


ICPC

Bonne nouvelle !

C’est toujours une bonne nouvelle d’apprendre la libération d’un prisonnier d’opinion, c’est à dire d’une personne mise en prison à cause de ses idées ou de ses actions. Shi Tao, journaliste et poète chinois, a été condamné à 10 ans de prison en 2004, et a été libéré le 23 août après 8 ans sous les verrous. Sa peine a donc été réduite de 14 mois.

Shi Tao et la liberté d’expression en Chine

Amnesty International s’est mobilisée depuis l’arrestation de Shi Tao afin que celui-ci soit libéré, car elle considérait que les raisons qui l’avaient envoyé en prison n’étaient pas fondées, et surtout très vagues, puisqu’on parle d’atteinte au « secret d’État ». De plus, sa condamnation va à l’encontre de la liberté d’expression, qui est pourtant inscrite dans la Constitution chinoise. En réalité, le journaliste chinois a été condamné à cause d’un email qu’il envoyait à l’étranger, où il décrivait comment le gouvernement empêchait les journalistes chinois de parler de l’anniversaire des évènements de la place Tiananmen (Pékin), où en 1989, des centaines de manifestants prodémocratiques, dont beaucoup d’étudiants, furent tués par l’armée. Amnesty International a aussi insisté sur la responsabilité du moteur de recherche américain Yahoo !, par qui Shi Tao a envoyé ce fameux mail, qui a fourni aux autorités chinoises des informations sur le journaliste, et leur a permis d’accéder à ses emails.

Les cyberdissidents en Chine

Shi Tao a souffert de problèmes de santé, durant son emprisonnement, et a été contraint au travail forcé. Sa famille aurait également subi des pressions de la part des autorités. Le gouvernement chinois fait la chasse aux cyberdissidents, c’est à dire aux individus qui expriment leur désaccord avec la politique chinoise sur Internet, et qui essaient d’échapper à la censure. Mais celle-ci est tellement importante que le gouvernement parvient à surveiller une grande partie des activités d’opposition en ligne. Cependant, des centaines de blogs voient le jour, et critiquent le pouvoir, mais indirectement, ou bien de façon imagée.

Le combat continue !

Ainsi, bien que cette libération soit une très bonne nouvelle, puisqu’elle montre à quel point la pression internationale peut avoir une influence sur les pays, et à quel point les pétitions, mots de soutien, lettres ou expositions qu’Amnesty International met en place peuvent avoir un impact sur la libération des prisonniers d’opinion, il ne faut pas oublier que des dizaines de personnes sont emprisonnées chaque année en Chine, car elles auraient menacé le « secret d’État ».

Continuons à soutenir les cyberdissidents chinois, et tous les individus qui ne peuvent pas profiter de la liberté d’expression dans leur pays.

Si tu souhaites te renseigner ou apporter ton soutien aux individus en danger, visite la page http://www.isavelives.be/

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris