Enfin : Albert Woodfox est libre !

Albert Woodfox : un challenge de longue haleine

Après 43 ans passés à l’isolement, pour le meurtre d’un gardien de prison qu’il a toujours nié, et pour lequel il a été innocenté à maintes reprises, Albert Woodfox, 69 ans, respire enfin. Aujourd’hui, il est libre. Fini le réveil presque tous les jours dans une cellule de la taille d’une place de parking de 9m2 entourée de béton et d’acier, et surtout, fini l’isolement !

« La libération d’Albert Woodfox était plus qu’attendue et elle est juste, indéniablement. Rien ne pourra réparer l’isolement cruel, inhumain et dégradant que l’État de Louisiane lui a infligé. Cette mesure de justice tardive, le jour de son 69e anniversaire, il l’a attendue pendant plus de la moitié de sa vie, » a déclaré Jasmine Heiss, chargée de campagne à Amnesty International États-Unis.

Le programme jeunesse d’Amnesty International se joint aux militants d’Amnesty (y compris aux plus jeunes) pour rendre hommage à l’inlassable recherche de justice d’Albert Woodfox et de ses avocats. L’Etat de Louisiane a pris une décision juste et humaine en libérant Albert Woodfox, 43 ans après sa longue incarcération.

L’affaire Woodfox doit servir à rappeler la cruauté infligée par le système carcéral poussé à l’extrême. La Louisiane doit à présent s’engager de toute urgence à réformer le système de l’isolement prolongé dans les prisons américaines qui, sur une aussi longue période, constitue un acte de torture selon les Nations unies.

Avant l’accord conclu pour la libération d’Albert Woodfox, sa condamnation avait été annulée à trois reprises.

Aujourd’hui, grâce à ton action et à celle de milliers d’individus, Albert Woodfox est enfin libre !

« Je souhaite également remercier les nombreux membres de la coalition internationale pour la libération des « Trois d’Angola », Amnesty International et la Roddick Foundation, qui m’ont tous soutenu dans ce long combat. » Albert Woodfox à sa sortie de prison.

Complément d’info

Sais-tu qui sont les "Trois d’Angola" ?

Albert Woodfox faisait partie des "Trois d’Angola" mais sais-tu ce que signifient les "Trois d’Angola" ?

En 1972, Albert Woodfox et Herman Wallace ont été condamnés en 1972 à la prison à vie pour le meurtre d’un gardien de prison dans la prison d’Angola, en Louisiane. Alors que ces deux Black Panthers ont toujours clamé leur innocence, on découvre progressivement que les « preuves » de leur culpabilité s’avèrent totalement falsifiées : achat de témoins, « perte » de preuves permettant de les disculper…
Un troisième homme, Robert King, a été maintenu à l’isolement dans la même prison pendant 29 ans, avant d’être finalement innocenté et libéré en 2001. Les trois hommes étaient connus comme les « Trois d’Angola ».

Au cours des cinq dernières années, le mouvement mondial d’Amnesty International a recueilli plus de 650 000 signatures en faveur des « Trois d’Angola ».

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris