Arme Légère, le portable le plus vendu dans le monde

Depuis toujours, les hommes se battent entre eux. À l’époque de la préhistoire, ils utilisaient des armes rudimentaires : pierres, branches, cornes d’animaux…Petit à petit, l’homme n’a cessé de trouver de nouveaux moyens de faire la guerre, pour augmenter la puissance de sa famille, de sa tribu, de son village, de son pays, de son empire.

Après les flèches, les épées et les lances, il a vite inventé les fusils, qui lui ont permis de tuer plus facilement son ennemi. Ce progrès technologique a changé la nature des guerres : ce n’est plus le nombre d’hommes qui va faire la différence, mais le nombre d’armes à feu. Grâce à celles-ci, les pays européens ont pu coloniser le reste du monde, comme les cow-boys ont pu
soumettre complètement les Indiens d’Amérique.

Les grandes puissances ont développé des armes de destruction massive : bombes atomiques, armes chimiques, qui font souvent la une de l’actualité… Mais on oublie souvent de parler des « armes légères », que sont les kalashnikovs, les mitrailleuses, les armes de poing…

Ces armes légères sont simples à manipuler, même par des enfants, elles sont bon marché, facilement transportables et accessibles à presque tout un chacun. Elles provoquent la mort de milliers de personnes à travers le monde, pas seulement parmi les militaires, mais surtout parmi ceux qui ne participent pas aux combats ; les femmes, les enfants, les vieux… Et il est vrai que ces armes rapportent aussi beaucoup d’argent à ceux qui les produisent.

Aujourd’hui, chaque minute, une personne est tuée, victime de la violence armée, tandis que bien d’autres subissent des atteintes à leurs libertés fondamentales et de graves blessures. On utilise des armes légères pour faire la guerre, mais aussi pour réprimer des opposants, pour faire taire les critiques, pour torturer ceux et celles qui dérangent. Dans de nombreuses
régions du monde, la possession d’armes de plus en plus mortelles devient partie intégrante de la vie quotidienne.

Pour les fermiers vivant dans le nord de l’Ouganda, les fusils d’assaut AK 47 remplacent les lances ; en Somalie, les enfants sont aujourd’hui appelés « Uzi », ou « AK » du nom des armes qu’ils utilisent ; certains pays comme l’Irak comptent maintenant plus d’une arme à feu par habitant. Préoccupés par la recherche d’armes nucléaires, biologiques et chimiques dans leur lutte contre le terrorisme, les gouvernements ont oublié de parler des véritables armes de destruction massive ; les armes légères.

Ainsi, elles continuent de proliférer, au prix de centaines de milliers de vies. Il est grand temps de contrôler efficacement le commerce de ces armes.

C’est le cri d’alarme lancé par Amnesty International, Oxfam et le Réseau
d’action international sur les armes légères (RAIAL).

Pour télécharger l’affiche, clique ici

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris