Participe à la grève mondiale pour le climat le 20 septembre

Vendredi 20 septembre, une nouvelle grève mondiale pour le climat est organisée et marquera le coup d’envoi d’une semaine d’action en Belgique, à la veille du grand sommet climatique organisé par les Nations Unies à New York. Ce sommet aura lieu le 23 septembre prochain en présence de Greta Thunberg. Trois jours avant, des millions de jeunes et d’adultes du monde entier sortiront dans les rues pour rappeler au monde politique l’urgence de poser des actes plus ambitieux pour une politique climatique sociale et équitable.
Amnesty International soutient cette action et participera à cette mobilisation dans les rues de Bruxelles.
Si tu souhaites nous rejoindre : rdv à 13h30, gare de Bruxelles Nord en face de la Tour Proximus sur le terre-plein central.

Les adultes se joignent aussi

Depuis début 2019, des grèves scolaires sont organisées à travers le monde par des jeunes préoccupés par l’état de notre planète et pour leur avenir. Aujourd’hui, l’appel de Greta Thunberg, soutenue par d’autres jeunes militants comme Adelaïde Charlier, Kyra Gantois, Anuna de Wever et bien d’autres encore est plus large : « Les jeunes ont mené les grèves climatiques. Nous avons maintenant besoin d’adultes pour nous rejoindre. Nous ne pouvons pas éviter le réchauffement climatique par nous-mêmes. Ensemble, le 20 septembre, nous pouvons libérer la résistance de masse. »

Ainsi le 20 septembre, les adultes se joindront aussi à la mobilisation ! « Des personnalités de tous les continents ont annoncé leur soutien pour participer aux grèves du climat de septembre. », à l’instar de Kumi Naidoo, secrétaire général d’Amnesty International.

La Coalition Climat dont Amnesty International fait partie et différents acteurs climatiques de tout âge, comme les jeunes, les travailleurs et les grands-parents ont donc répondu et répondront à l’appel mondial pour une grève climatique afin d’exiger une politique climatique sociale et équitable pour tout le monde. L’objectif, ici en Belgique, est de faire pression sur les politiques belges et européennes. Amnesty International qui soutient ce mouvement sera donc de la partie à Bruxelles.

Les droits humains intimement liés à la justice climatique

Amnesty International, dont la mission première est de défendre et protéger les droits humains à travers le monde, ne peut que soutenir le mouvement de lutte contre le changement climatique. Parce que le changement climatique constitue l’une des menaces les plus urgentes pour les droits humains.

En effet, ces deux thématiques sont étroitement liées : si rien n’est fait par nos gouvernements pour rester en dessous des 1,5°C d’augmentation de la température mondiale moyenne par rapport aux niveaux préindustriels, nos droits humains fondamentaux (à la vie, à l’eau, à la nourriture, à la santé ou au logement) risquent d’être fortement menacés, mais aussi l’humanité toute entière. Aujourd’hui, limiter drastiquement notre empreinte carbone n’est plus une aspiration, mais bien une nécessité absolue.

Ainsi, les gouvernements et les plus grandes entreprises doivent prendre des mesures immédiates pour changer le cap. Si leur inaction actuelle perdure, cela pourrait être la plus grave violation intergénérationnelle des droits humains de toute l’histoire. Amnesty International demande donc aux États s’adopter des mesures en faveur du climat.

Protéger les droits humains et protéger la planète vont de pair !

Participe à la grève mondiale pour le climat le 20 septembre !

Amnesty International invite tous ses membres, sympathisants et activistes, des plus jeunes aux moins jeunes, à participer à ce mouvement mondial afin de faire entendre nos droits et rendre ce mouvement historique pour le climat et l’environnement.

Rendez-vous le vendredi 20 septembre à 13h30 à la gare de Bruxelles Nord en face de la Tour Proximus sur le terre-plein central pour manifester avec nous !

« Nos responsables politiques doivent comprendre qu’en traînant les pieds, ils sont en train de jouer une partie de poker politique avec l’avenir de nos enfants et de nos petits-enfants.
Ils doivent admettre qu’on ne négocie pas avec la nature.
Nous ne pouvons pas changer la science.
Nous ne pouvons que changer de volonté politique.
 »

C’est ce qu’a déclaré, en février dernier, Kumi Naidoo, secrétaire général d’Amnesty International.

Ce mouvement est une action forte pour le changement, pour que ces indignes négociations avec la nature cessent et que les droits humains soient protégés. Il faut y participer massivement.

On compte sur toi !

Toutes les infos
Toutes les actions

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris