En Iran, risque élevé de contamination par le COVID-19 dans les prisons

En Iran, la situation dans les prisons est très préoccupante, en raison de la propagation du COVID-19 et de l’inaptitude des autorités à protéger la population emprisonnée.
De nombreuses prisons ne respectent pas les normes internationales. Surpopulation, manque d’aération et d’hygiène, restriction d’eau chaude pendant l’hiver, quantité insuffisante de nourriture, manque de lits et invasions d’insectes... Ces conditions insalubres sont propices à la propagation de maladies telles que le COVID-19.
Signe notre pétition pour que cette situation inacceptable change.

Des prisonniers d’opinion détenus dans des conditions insalubres

Depuis les premiers cas de COVID-19 en Iran, en février 2020, de nombreuses familles ont fait part de leur inquiétude concernant le bien-être de leur proche incarcéré et ont appelé à la libération de toutes les personnes qui ont exprimé publiquement et pacifiquement leur opinion ou défendu les droits humains. Le manque de produits sanitaires et les conditions de vie insalubres dans les prisons exposent encore plus fortement ces détenus à la contamination par le virus.

Bien que le système judiciaire iranien ait annoncé sa volonté d’agir pour prévenir la diffusion du COVID-19 dans les prisons, notamment en libérant de manière temporaire certaines personnes incarcérées, de nombreux prisonniers d’opinion sont toujours derrière les barreaux. Il s’agit de personnes qui sont incarcérées pour avoir exprimé, sans recours à la violence, leur opinion. Leur place n’est pas en prison !

Absence d’assistance médicale et d’accès aux soins de santé face à la propagation du COVID-19

Le droit international, série de normes suprêmes que les États s’engagent à respecter, impose aux prisons d’assurer à toutes les personnes détenues un accès sûr et rapide à une assistance médicale ainsi qu’à des soins de santé. Pourtant, The Human Rights Activists News Agency, une association de presse iranienne dont le but est de dénoncer les violations des droits humains qui ont lieu dans le pays, a informé de la mort de deux prisonniers contaminés par le COVID-19 dans la prison Gharchak, à Varamin. Ces prisonniers sont morts après s’être vus refuser une assistance médicale et une hospitalisation.

Les autorités doivent prendre des mesures suffisantes pour protéger la santé de toutes les personnes détenues et doivent envisager immédiatement la libération de toutes les personnes défendant les droits humains ainsi que de celles qui sont estimées à risque face au virus !

Apporte-leur ton soutien en signant notre pétition !

Toutes les infos
Toutes les actions

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris