Emprisonnée pour avoir participé à sa première manifestation

Dorgelesse Nguessan, une femme qui rêvait de posséder un institut de beauté, a vu sa vie basculer lorsqu’elle a participé à sa première manifestation. Elle a décidé d’y participer parce qu’elle avait des préoccupations quant à la situation de l’économie de son pays, le Cameroun. Lorsque la manifestation a débuté, les forces de l’ordre ont tenté de disperser la foule et après avoir été poursuivi par la police, Dorgelesse a été arrêtée. Quelques mois plus tard elle a été condamnée à cinq ans d’emprisonnement pour avoir exprimé son droit de manifester !

Une femme préoccupée par la situation de son pays

Dorgelesse Nguessan a toujours rêvé de posséder un institut de beauté florissant. Il y a deux ans, cette mère célibataire, coiffeuse de métier, commençait tout juste à développer son activité en y proposant des prestations de manucure.

Le 22 septembre 2020, son rêve a volé en éclats lorsqu’elle a été arrêtée au cours d’une manifestation à Douala, au Cameroun. C’était sa toute première manifestation. Elle n’avait jamais été active dans le domaine politique auparavant, mais ses préoccupations quant à la situation de l’économie camerounaise l’ont incitée à participer à ce rassemblement.

Après sa première manifestation elle est condamnée à cinq ans d’emprisonnement

Lorsque la manifestation pacifique a débuté le 22 septembre 2020, les forces de sécurité ont utilisé des balles en caoutchouc, du gaz lacrymogène et des canons à eau pour disperser la foule. Dorgelesse et d’autres manifestant·e·s ont emprunté une ruelle, mais la police les a suivi·e·s et leur a barré le passage. Des agents ont arrêté Dorgelesse et l’ont emmenée à un poste de police, où elle a été placée dans une cellule avec 22 autres personnes dans de très mauvaises conditions.

Le 29 septembre 2020, Dorgelesse a été transférée à la prison centrale de Douala, où elle se trouve toujours. Accusée d’agitation, de réunions et de manifestations publiques et d’attroupement, elle a été jugée par un tribunal militaire. Elle a été condamnée à cinq ans d’emprisonnement le 7 décembre 2021.

Dorgelesse Nguessan était celle qui subvenait aux besoins de sa famille. Son fils de 18 ans est atteint d’une maladie génétique héréditaire qui touche ses globules rouges, et la famille peine à payer ses médicaments. Dorgelesse n’a qu’une hâte : retrouver ses proches !

Comment peux-tu agir ?

  1. Signe la pétition pour demander au Cameroun la libération immédiate de Dorgelesse
  2. Écris une lettre aux autorités camerounaises à son sujet.
Toutes les infos
Toutes les actions

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris
2023 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit