Les droits des transgenres et intersexes menacés en Hongrie

Le parlement hongrois a nié les droits fondamentaux des personnes transgenres et intersexes en adoptant, le 28 mai dernier, une nouvelle loi dont l’article 33 interdit la reconnaissance légale de leur sexe.
Cette décision marque un nouveau recul des droits dans le pays.
Interpelle le Commissaire aux droits fondamentaux hongrois à ce sujet en signant notre pétition.

Une atteinte à la dignité humaine et aux droits fondamentaux

Les personnes transgenres ne se définissent pas par leur sexe biologique, attribué à la naissance, mais par la manière dont elles se perçoivent.

Les personnes intersexes sont quant à elles nées avec des caractéristiques sexuelles qui ne correspondent pas aux définitions typiques de « mâles » et « femelles ». Il peut s’agit de caractéristiques génitales, hormonales ou chromosomiques.

L’article 33, de cette nouvelle loi hongroise, entend redéfinir le genre comme étant « le sexe biologique, basé sur les caractéristiques sexuelles primaires et les chromosomes ». Ainsi, un enregistrement du sexe à la naissance sera requis, et ne pourra plus être modifié par la suite.

Ces dispositions portent atteinte à la dignité humaine, c’est-à-dire au respect dû à la personne humaine, et violent gravement les droits des personnes transgenres et intersexes : le droit au respect de la vie privée et le droit à la reconnaissance de leur genre, en particulier à l’état civil, c’est-à-dire officiellement, qui doit être fondé sur l’autodétermination.

Un contexte de discrimination généralisée envers les personnes LGBTI

LGBTI est l’acronyme pour Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transgenres et Intersexes.

En plus de les exposer à de nouvelles discriminations, c’est-à-dire à des différences de traitement injustifiées, cette loi va intensifier un environnement déjà intolérant et hostile auquel sont confrontées les personnes LGBTI en Hongrie. En effet, les personnes transgenres et intersexes y sont régulièrement la cible de discriminations, en particulier dans le domaine de l’accès à l’emploi, à l’éducation, aux biens et services ainsi qu’au logement. Elles sont aussi de plus en plus victimes de propos homophobes et discriminatoires venant de responsables politiques.

Mobilise-toi !

Il est essentiel que le Commissaire aux droits fondamentaux hongrois agisse de toute urgence, au risque d’entrainer de nouvelles discriminations, attaques et crimes de haine envers les personnes transgenres et intersexes.

Ces dernières devraient pouvoir obtenir la reconnaissance de leur genre à l’état civil conformément à leur propre perception de leur identité et selon des procédures rapides, accessibles et transparentes.

Signe notre pétition pour lutter contre ces discriminations !

Toutes les infos
Toutes les actions

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris