En Arabie Saoudite, aide à libérer la voix des personnes réduites au silence

Sais-tu qu’en Arabie Saoudite, de nombreux défenseurs des droits humains sont enfermés car leurs idées sont en contradiction avec celles du régime ?
Soutiens notre action en faveur de leur libération en signant notre pétition !

Un tribunal au service du roi

Depuis 2011, le Tribunal pénal spécial d’Arabie Saoudite est utilisé comme un instrument de répression pour réduire l’opposition au silence. C’est-à-dire que les autorités saoudiennes s’en servent afin de punir toutes les personnes qui ne sont pas en accord avec le régime en place.

On compte parmi les personnes lourdement sanctionnées par ce Tribunal des journalistes, des personnes défendant les droits humains, d’autres militants pour les droits politiques, des écrivains, des religieux ou encore des personnes militant en faveur des droits des femmes.

Les juges de ce Tribunal pénal spécial utilisent des textes tels que la Loi relative à la lutte contre le terrorisme ou celle relative à la lutte contre la cybercriminalité, deux textes très stricts permettant de prononcer des peines allant jusqu’à 30 ans d’emprisonnement ou même des condamnations à mort.

Un changement, une illusion...

Depuis deux ans, les autorités saoudiennes tentent de redorer l’image du pays, mais cela n’est qu’une façade.
Malgré quelques réformes positives, notamment concernant les droits des femmes, les autorités ont mis en place une forte répression contre les citoyens qui seraient en faveur du changement.

Il est frappant de constater qu’en 2017, les autorités ont ciblé presque toutes les personnes défendant les droits humains et critiquant le gouvernement, au moyen d’arrestations arbitraires, c’est-à-dire non-fondées, et de poursuite devant les différentes juridictions du pays. Certaines de ces personnes ont même été soumises à la torture.

Aujourd’hui, presque toutes les personnes qui défendent les droits humains et ont fait entendre leur voix indépendante en Arabie Saoudite sont derrière les barreaux, où elles purgent de longues peines d’emprisonnement. C’est notamment le cas de Raïf Badawi, Loujain al-Hathloul, Nassima al-Sada, Aziza al-Yousef, Mohammad al-Otaibi, et bien d’autres encore.

De vraies réformes s’imposent !

Il est plus que temps que l’Arabie Saoudite mette en application les réformes dont elle se vante. En tant qu’hôte du G20 (groupe composé de représentants de différents États et de l’Union européenne qui vise à instaurer un dialogue entre eux) en novembre prochain, l’Arabie Saoudite doit respecter les droits fondamentaux !

La répression des personnes faisant usage de leur liberté d’expression de manière pacifique doit cesser et les défenseurs des droits humains doivent être libérés immédiatement !
Si tu veux soutenir cette cause, signe notre pétition !

Toutes les infos
Toutes les actions

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris