Agis pour les demandeurs d’asile à Moria

Depuis les incendies qui ont eu lieu dans le camp de Moria, la situation des demandeurs d’asile à Moria est plus que précaire.
Ont-ils accès à un toit, à l’eau, à la nourriture, à des conditions d’hygiène décentes ? Non !
Une aide urgente est nécessaire de la part de l’Union européenne et des autorités grecques.

Incendies dans le camp de Moria : une situation tragique pour les populations

Dans la nuit du 8 au 9 septembre 2020, de terribles incendies ont eu lieu dans le camp de Moria, situé sur l’île de Lesbos en Grèce.

Ces incendies ont laissé des milliers de personnes sans toit et sans accès à l’eau, à la nourriture et aux soins de santé. Certains ont peut-être perdu les quelques biens qui leur restaient, notamment les documents précieux et indispensables pour leur demande d’asile.

Depuis des années, les conditions de vie des réfugiés et demandeurs d’asile dans les hotspots surpeuplés des îles grecques de la mer Égée sont inhumaines.

Sais-tu ce que sont les « hotspots » ? C’est le nom que l’Union européenne (UE) a donné à des zones situées à ses frontières et confrontées, selon la formule de la Commission européenne, à des « pressions migratoires démesurées ». Face à ces pressions, les hotspots créés par l’UE visent à regrouper les personnes migrantes qui arrivent à la frontière, le temps qu’elles soient identifiées, enregistrées et qu’elles soient orientées pour effectuer les démarches administratives liées à leur situation. Certaines vont pouvoir demander l’asile tandis que d’autres vont être renvoyées dans leur pays. Amnesty International a dénoncé, à plusieurs reprises, l’approche dite des « hotspots » dans lesquels de nombreuses personnes sont souvent maltraitées, trompées ou expulsées. Le camp de Moria est le premier hotspot mis en place en Grèce.

Au moment de l’incendie, la population du camp de Moria s’élevait à 12 500 individus, pour une capacité d’accueil officielle de moins de 3 000 personnes.

Les douches, robinets et toilettes étaient déjà très rares, les soins médicaux largement insuffisants et la surpopulation rendait impossible le respect des normes d’hygiène et de distanciation visant à lutter contre le COVID-19. L’incendie n’a fait qu’empirer une situation déjà catastrophique.

Aujourd’hui à Moria, les personnes âgées, les personnes souffrant de maladies chroniques, les enfants, les femmes enceintes, les jeunes mères et les personnes en situation de handicap, font partie des populations les plus fragiles qui ont besoin d’une aide urgente. Au cours de la semaine dernière, plusieurs personnes présentes sur le camp ont été testées positives au COVID-19, renforçant les craintes quant au bien-être des résidents.

Tu peux agir pour les demandeurs d’asile et réfugiés de Moria

La diminution du nombre de personnes migrantes sur les îles grecques doit devenir une priorité pour les autorités grecques, qui doivent prendre des mesures immédiates pour fournir une aide humanitaire aux personnes qui résident dans le camp de Moria et mettre les demandeurs d’asile en sécurité.

Aussi, les États membres de l’Union européenne doivent augmenter de manière significative le nombre de demandeurs d’asile accueillis depuis la Grèce et mettre fin à la politique d’endiguement sur les îles.

Signe au plus vite notre pétition.

Toutes les infos
Toutes les actions

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris