Agis pour Ioulia Tsvetkova

En Russie, Ioulia Tsvetkova, artiste et militante, est poursuivie par les autorités pour avoir défendu les droits des femmes et des personnes LGBTI.
Elle risque jusqu’à six ans de prison, simplement pour avoir fait des dessins du corps féminin.
Depuis le 22 novembre, elle est placée en résidence surveillée et n’est plus libre d’aller et venir.
Apporte lui ton soutien en signant notre pétition !

Une homophobie omniprésente en Russie

Sais-tu qu’aujourd’hui, entre 70 et 80 pays criminalisent les relations entre personnes du même sexe et dans près d’une dizaine de ces pays, elles sont punissables de la peine de mort ?

Le fait d’avoir des relations homosexuelles n’est plus considéré comme un crime en Russie depuis 1993 mais une loi russe interdit depuis 2013 toute « propagande homosexuelle  » et les autorités russes considèrent toujours l’homosexualité comme quelque chose d’anormal.

Des accusations sans fondement, reflet de la campagne russe ouvertement homophobe

Ioulia Tsvetkova a été arrêtée le 20 novembre 2019 suite à la publication sur les réseaux sociaux de dessins du corps féminin dans le cadre d’une campagne pour l’émancipation des femmes. Elle a été qualifiée par les policiers chargés de son arrestation de « lesbienne, formatrice sexuelle et leader de la propagande ».

Le 11 décembre 2019, elle a été reconnue coupable de « propagande en faveur de relations sexuelles non traditionnelles auprès des mineurs » et condamnée à une amende de 50 000 roubles (soit environ 730 euros). Cela signifie qu’il lui a été reproché de soutenir les relations entre personnes de même sexe.

Ces accusations se fondent sur l’existence de deux communautés abordant les thèmes LGBTI gérées par Ioulia Tsvetkova sur le réseau social russe VKontakte. En réalité, ces publications étaient signalées comme convenant aux plus de 18 ans, conformément à la loi russe.

Prisonnière d’opinion pour avoir défendu les droits des femmes et des personnes LGBTI

Le 17 janvier dernier, une nouvelle procédure a été ouverte à l’encontre de Ioulia Tsvetkova, cette fois fondée sur un dessin intitulé « La famille est là où est l’amour. Soutenez les familles LGBT+ » sur les réseaux sociaux. Ce dessin représentait deux couples du même sexe avec des enfants et rendait hommage à un couple homosexuel contraint de fuir la Russie avec ses enfants adoptés car les autorités menaçaient de leur en retirer la garde.

Ces accusations à répétition ont contraint Ioulia Tsvetkova à quitter son emploi au sein de la compagnie de théâtre Merak, puisqu’une enquête a été ouverte contre elle pour « propagande en faveur de relations sexuelles non traditionnelles auprès de mineurs » liée à sa pièce intitulée « Bleu rose », dénonçant le harcèlement et la discrimination.

La compagnie de théâtre, qu’elle avait fondée en 2018, a quant à elle été contrainte de cesser ses activités.

Ces accusations à l’encontre de Ioulia Tsvetkova n’ont aucun fondement et sont le reflet de la campagne russe ouvertement homophobe et répressive menée par le gouvernement.

C’est une prisonnière d’opinion qui doit être libérée immédiatement.

Que peux-tu faire ?

Mobilise-toi pour mettre fin à cette odieuse campagne homophobe et demande au Procureur en charge de l’affaire de Ioulia Tsvetkova de faire en sorte que les poursuites qui pèsent contre elle soient abandonnées et qu’elle soit libérée immédiatement et sans condition.

Aide nous à faire pression sur les autorités russes en signant notre pétition !

Toutes les infos
Toutes les actions

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris