Un accord entre les États-Unis et le Mexique risque de mettre en danger des milliers de vies

Les États-Unis et le Mexique sont en train de négocier un accord pour empêcher tous les demandeurs d’asile passant par le Mexique de rechercher une protection aux États-Unis.
Or, le Mexique n’a pas les moyens suffisants pour les accueillir et est dangereux. En refusant d’accueillir les demandeurs d’asile, les États-Unis risquent de mettre la vie de milliers de personnes en danger.

La politique du Président des États-Unis

Le Président des États-Unis, Donald Trump, avait promis à ses électeurs de réduire l’immigration dans son pays.

  • Qu’a t-il-fait depuis qu’il est au pouvoir ?
      Il a commencé à construire un mur entre les États-Unis et le Mexique.
      Il a aussi durci l’application des règles pour entrer sur le territoire des États-Unis.

C’est dans ce contexte qu’un nouvel accord se négocie entre les deux pays.

Un nouvel accord en négociation entre les États-Unis et le Mexique

Le projet d’accord prévoit de faire du Mexique un « pays tiers sûr ».

  • Qu’est-ce que cela change si le Mexique est considéré comme « un pays tiers sûr » ?

Si le Mexique est considéré comme « un pays tiers sûr », les États-Unis pourront alors renvoyer des demandeurs d’asile dans ce pays où ces derniers ne pourront pas obtenir de protection.

Aujourd’hui, de nombreuses personnes fuient le Honduras, le Salvador ou le Guatemala qui font partie des pays les plus dangereux au monde et cherchent à aller aux États-Unis en espérant y être en sécurité. Pour cela, elles doivent passer par le Mexique. L’accord veut empêcher tous les demandeurs d’asile passant par le Mexique de rechercher une protection aux États-Unis. Si cet accord est signé, des milliers de personnes fuyant des persécutions et violences dans leur pays, vont être forcées de rester au Mexique parce qu’il est dit « pays tiers sûr ».

  • Le Mexique, un pays sûr, vraiment ?

Non, ce pays est également dangereux. En plus, il n’a pas les moyens de répondre à toutes les demandes d’asile.

Le nombre de personnes demandant l’asile au Mexique est passé de 8 788 en 2016 à 14 596 en 2017. Le système d’asile mexicain n’a pas les moyens suffisants et n’arrive pas à répondre à ces demandes.

Selon un récent sondage réalisé par Amnesty, 75% des migrants clandestins venant d’Amérique centrale qui ont été arrêtées par les autorités mexicaines n’avaient pas été informées de leur droit de demander l’asile.

Enfin, être sans-papiers au Mexique peut être synonyme de mort : traite des êtres humains, séquestrations, extorsions, violences sexuelles, disparitions... sont autant de menaces qui pèsent sur les migrants au Mexique.

Pourquoi alors un tel accord ?

Le gouvernement des États-Unis ne veut pas être responsable de l’accueil et de la protection des personnes cherchant la sécurité.

En avril 2018, un membre du gouvernement des États-Unis a publiquement appelé les demandeurs d’asile présents aux États-Unis et venant d’Amérique Centrale à aller demander l’asile au Mexique. Il a même menacé de poursuites criminelles ceux qui s’approcheraient de la frontière Mexique/États-Unis.

En refusant d’accueillir les demandeurs d’asile, les États-Unis risquent de mettre la vie de milliers de personnes en danger. Les États-Unis et le Mexique doivent respecter le droit international et protéger les personnes qui fuient la violence et la persécution.

Demande aux deux pays de ne pas déclarer le Mexique “pays tiers sûr” et de ne pas signer un tel accord.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris