Pologne : il faut protéger le droit à l’avortement !

Le droit à l’avortement est en danger en Pologne. Ensemble, nous pouvons éviter ce dangereux retour en arrière !

Un climat hostile aux droits des femmes…

En Pologne, l’avortement n’est autorisé que dans des cas très précis. Lorsque la femme a subi un viol ou a été victime d’inceste ; lorsque le fœtus souffre d’une malformation sévère ou que sa vie est en danger à cause d’une maladie ; lorsque la vie ou la santé de la femme ou jeune fille est en danger. On est donc loin du droit des femmes à librement disposer de leur corps

Comme si ce n’était pas suffisant, le Parlement polonais s’apprête à réduire encore plus ce droit ! Un groupe de députés est chargé d’étudier une proposition de modification de la loi. Qui a demandé ce changement de la loi ? L’initiative « Stop avortement », de la Fondation Vie et Famille (Fundacja ycie i Rodzina), un groupe anti-choix. Si cette proposition est adoptée, il serait encore plus dur pour les femmes et jeunes filles d’accéder au droit à l’avortement. De plus, aucun délai n’a été fixé, ce qui veut dire que la proposition peut être examinée en quelques mois… ou en quelques jours.

Cette fondation veut interdire l’avortement en cas de malformation grave ou mortelle du fœtus. Pourtant, les statistiques officielles montrent que la plupart des avortements légaux en Pologne sont pratiqués pour ce motif !
La proposition de modification législative de « Stop avortement » a rassemblé plus de 800 000 signatures. Selon les médias, les prêtres catholiques ont appelé à soutenir la proposition, des bénévoles anti-choix recueillant des signatures devant les portes des églises.

L’avortement, un droit fondamental et une question de santé

L’interdiction de l’avortement a des conséquences graves sur la santé des femmes. Les recherches menées par Amnesty International en Irlande, au Salvador, au Nicaragua et au Paraguay montrent que dans tous ces pays, la restrictions à l’avortement sûr et légal a des conséquences terribles sur la santé (physique et mentale), le bien-être et la vie des femmes et les jeunes filles.

Si elle était adoptée, la proposition de « Stop avortement » mettrait inévitablement en danger la santé des femmes et les priverait d’un droit reconnu par le droit international. En effet, les malformations graves ou mortelles du fœtus figurent au nombre des motifs minimaux pour lesquels les femmes et les filles doivent avoir accès à un avortement sûr et légal.

Actuellement en Pologne, les femmes ont beaucoup de difficultés pour se faire avorter légalement, notamment à cause de la « clause de conscience », qui permet aux médecins de refuser de les prendre en charge pour des raisons religieuses. Dans le climat actuel, les médecins et les infirmières disposés à pratiquer des avortements légaux sont soumis à des pressions et craignent souvent d’être poursuivis en justice ou stigmatisés.

Ensemble, nous pouvons empêcher cela

Il y a plus d’un an, en octobre 2016, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues des villes de Pologne pour s’opposer aux propositions de restriction quasi totale de l’accès à l’avortement. Ces femmes participaient à un mouvement qui a été qualifié de « protestation noire » (Black Protest), et elles ont gagné.

Cette victoire est aujourd’hui menacée, mais avec ton aide et celle de nombreux autres défenseurs des droits humains, nous pouvons éviter ce dangereux retour en arrière. Signe notre pétition adressée au Président et aux députés polonais pour leur demander de rejeter les restrictions à la loi sur l’avortement.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris