Demande la libération du cinéaste Oleg Sentsov

Le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov a entamé une grève de la faim le 14 mai 2018, appelant à la libération de « tous les prisonniers politiques ukrainiens ».
Sa vie est en danger. Aux côtés des milliers d’autres signataires de notre pétition, exige sa libération !

Personne ne devrait être poursuivi en justice simplement pour avoir revendiqué pacifiquement ses opinions politiques.

La Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) garantit à chacun « le droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions » (article 19 de la DUDH).

Sais-tu que 70 citoyens ukrainiens sont détenus en Crimée ou en Fédération de Russie pour des motifs de nature politique ?

Parmi ces prisonniers, le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov purge une peine de 20 ans de prison après avoir été condamné sur la base d’accusations motivées par des considérations politiques.

Des conditions de détention contraires aux droits humains

Que s’est-il vraiment passé ?

Oleg Sentsov a été arrêté dans la nuit du 10 au 11 mai 2014 à son domicile. Il a déclaré que des agents du Service fédéral de sécurité russe (FSB) l’avaient torturé pendant sa détention pour le forcer à avouer qu’il avait organisé des attentats à l’explosif, des actes de terrorisme et qu’il possédait des armes à feu illégales.

La Russie a déjà été condamnée à plusieurs reprises par la Cour européenne des droits de l’homme pour actes de torture (article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH).

Sur la base de ces « aveux », obtenus par la torture, Oleg Sentsov a été condamné le 25 août 2015 par un tribunal militaire à 20 ans de prison. Il aurait prétendument créé une antenne d’un « groupe terroriste » et organisé des « actes terroristes » en avril 2014.

Oleg Sentsov continue de clamer son innocence !

Un procès inéquitable

Non seulement Oleg Sentsov a été arrêté dans des conditions contraires aux droits humains, mais la procédure devant le tribunal soulève également d’importantes inquiétudes en matière d’équité.

Quelles sont-elles ?

  • Il a été envoyé en Russie pour être jugé à des centaines de kilomètres de chez lui.
  • Les allégations de torture en détention n’ont pas fait l’objet d’une véritable enquête.
  • Il n’a pas été autorisé à voir son avocat pendant les quatre jours qui ont suivi son transfert de Crimée alors que la présence d’un avocat est requise dès le début de la procédure.

Or, toute personne a droit à un procès équitable, garantie prévue par l’article 10 de la DUDH et l’article 6 de la CEDH !

Un état de santé qui empire

Depuis sa condamnation, Oleg Sentsov a été transféré dans plusieurs prisons en Russie. Les conditions de détention sont également questionnables du point de vue des droits humains. En effet, après seulement quelques mois enfermé dans la colonie pénitentiaire de Labytnangi, dans l’Arctique russe, il a perdu deux dents et a commencé à perdre ses cheveux. En novembre 2017, son avocat a signalé qu’il avait développé des problèmes cardiaques après avoir été exposé à des températures extrêmement froides !

Depuis qu’il a débuté sa grève de la faim dans le but d’alerter l’opinion publique, le cinéaste a déjà perdu plus de 15 kg.

Le 30 juillet 2018, les autorités russes ont refusé d’accorder à Amnesty International la possibilité de rencontrer Oleg Sentsov. Nous avions prévu de lui rendre visite avec un expert médical indépendant qui aurait pu évaluer son état de santé.

Il faut agir maintenant !

Qu’est ce que tu peux y changer ? Si tu te poses cette question alors tu es au bon endroit et tu peux signer notre pétition afin d’obtenir sa libération ! Avec les milliers d’autres signataires, tu peux faire bouger les choses !

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris