Stop à la répression envers les homosexuels en Tchétchénie

Pour la deuxième fois en près de deux ans, une violente répression s’abat sur les personnes soupçonnées d’être lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI) en Tchétchénie.

La Tchétchénie est une république qui fait partie de la Fédération de Russie. Dans cette république, le gouvernement tchétchène réprime violemment les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexeuées (LGBTI) en niant leur existence et en ne respectant pas leurs droits fondamentaux.

Une homophobie omniprésente en Tchétchénie

Sais-tu qu’aujourd’hui, entre 70 et 80 pays criminalisent les relations entre personnes du même sexe et dans près d’une dizaine de ces pays, elles sont punissables de la peine de mort ?

Le fait d’avoir des relations homosexuelles n’est plus considéré comme un crime en Russie depuis 1993 mais une loi russe interdit depuis 2013 toute « propagande homosexuelle  » et les autorités russes considèrent toujours l’homosexualité comme quelque chose d’anormal.

Cette loi reflète et renforce la mentalité ambiante homophobe. Les actes violents contre les homosexuels ne sont pas rares puisque l’homosexualité est considérée comme une honte qui tache la réputation de la famille.

Cette manière de penser est particulièrement forte dans la région tchétchène au sein des familles conservatrices et les auteurs des crimes d’honneur notamment contre des personnes homosexuelles sont rarement condamnés.

En 2017, première vague de crimes en toute impunité

En avril 2017, Novaya Gazeta, un journal russe qui se bat pour dénoncer les problèmes dans la société russe, avait déjà dénoncé l’enlèvement d’une centaine d’hommes présumés homosexuels.

Les hommes auraient été torturés et contraints de révéler l’identité d’autres personnes LGBTI qu’ils connaissaient. Au moins trois hommes ont été tués à ce moment là, mais des sources affirment qu’il y aurait eu beaucoup plus de meurtres. Les responsables moscovites et tchétchènes ont toujours nié ces affirmations.

Un rapport alarmant

En novembre 2018, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a demandé à un professeur, Wolfgang Benedek, de rédiger un rapport sur les violations des droits humains et l’impunité en Tchétchénie.

Publié le 20 décembre 2018, le rapport confirme les violations graves des droits humains contre les personnes LGBTI et les défenseurs des droits humains - notamment des cas de :

  • harcèlements,
  • persécutions,
  • arrestations ou détentions arbitraires,
  • tortures,
  • disparitions forcées,
  • exécutions de personnes.

Le rapport contient des recommandations à l’intention de la Russie, notamment l’ouverture de plusieurs enquêtes et la création d’un comité d’enquête spécial impartial et transparent.

Aujourd’hui, la répression reprend de l’ampleur

Seulement huit jours après la publication du rapport, les autorités tchétchènes ont coordonné une nouvelle vague de persécutions envers les personnes LGBTI.

Le 28 décembre 2018, l’organisation « Russian LGBT » a annoncé que de nouveaux enlèvements d’homosexuels avaient eu lieu en Tchétchénie ainsi que des placements dans des prisons secrètes dans des bâtiments du gouvernement dans la ville d’Argun.

Ces personnes sont victimes de torture, de mauvais traitements et leurs passeports ont été détruits pour qu’elles ne puissent pas quitter le territoire.

Au moins deux personnes sont décédées après avoir été torturées depuis décembre 2018 et des dizaines d’autres sont en grand danger, en raison de leur orientation sexuelle.

Que peux-tu faire ?

Mobilise-toi pour mettre fin à cette odieuse « purge homosexuelle  » et demande au Président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, d’enquêter sur ces crimes de haine, d’engager des poursuites nécessaires et de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la protection des personnes LGBTI en Tchétchénie.

Signe notre pétition en ligne !

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris