Libérez Taner et acquittez les défenseurs turcs

Taner Kiliç, le président d’Amnesty International Turquie, arrêté en juin 2017, est toujours en prison.
Parmi les 10 autres défenseurs des droits humains arrêtés peu après lui en Turquie, 8 ont été finalement libérés mais ils sont toujours menacés et accusés d’être "membres d’une organisation terroriste armée".
Ils risquent tous jusqu’à 15 ans de prison.
Il faut se mobiliser pour leur venir en aide !

Emprisonné parce qu’il faisait son travail

Le président d’Amnesty International Turquie, Taner Kiliç, faisait simplement son travail, qui est de dénoncer les atteintes aux droits humains en Turquie. Mais le 9 juin 2017, il a été emprisonné pour des accusations sans fondement d’appartenance à une « organisation terroriste armée » (le mouvement de Fethullah Güllen, responsable de la tentative du coup d’État de juillet 2016 selon les autorités turques).

Un mois plus tard, la Directrice générale d’Amnesty International Turquie, Idil Esser, ainsi que 9 autres défenseurs des droits humains ont été arrêtés lors d’un banal séminaire réunissant des militants en faveur des droits humains à Istanbul. On les a surnommés "les 10 d’Istanbul".

Toutes ces personnes sont actuellement accusées « d’infractions au nom d’une organisation terroriste », une manœuvre absurde qui vise à les empêcher de militer en faveur des droits humains.

Il faut savoir que suite au coup d’État manqué du 15 juillet 2016, les autorités turques ont augmenté de manière drastique la répression à l’encontre de leurs opposants dans le but de les réduire au silence. L’arrestation des "10 d’Istanbul" et le placement en détention de Taner sont les derniers épisodes en date de cette vague de répression.

Aujourd’hui, Taner est toujours en prison ainsi que d’autres défenseurs des droits humains turcs. Si 8 défenseurs des droits humains turcs parmi les "10 d’Istanbul" ont été libérés en octobre 2017 grâce aux efforts de campagne d’Amnesty International, tous sont toujours menacés et toujours accusés d’être "membres d’une organisation terroriste armée".

Le 31 janvier 2018, nous avons, brièvement, vu la lumière apparaître au bout du tunnel : un tribunal turc a ordonné la remise en liberté conditionnelle de Taner Kiliç, après plus de huit mois en prison. Cependant, la joie a malheureusement été de courte durée et, plus tard le même jour, il a de nouveau été arrêté, après que le procureur a fait appel de la décision de le libérer.

La Turquie doit mettre fin à ces persécutions

Taner et les "10 d’Istanbul" sont nos amis et nos collègues. Ils ont consacré leur vie à défendre les droits fondamentaux des autres en Turquie et ailleurs et ils risquent jusqu’à 15 ans de prison pour cette seule raison.
Le fait d’ériger en infraction leurs activités laisse toute la population à la merci de la répression des libertés individuelles menée par le gouvernement.

Dis à la Turquie d’arrêter de persécuter ces défenseurs des droits humains et d’abandonner les charges retenues contre eux.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris