4 familles détenues depuis plus de 500 jours aux États-Unis

La région du “Triangle du Nord” (Salvador, Guatemala et Honduras) est connue pour son niveau extrême de violence et d’insécurité. Beaucoup de familles doivent fuir pour protéger leur vie. Parmi eux, 4 enfants (de 3, 4, 7 et 16 ans) et leurs mamans qui ont demandé refuge aux États-Unis.

Ces familles sont originaires du Honduras et du Salvador d’où elles ont fui à cause des violences qu’elles subissaient au quotidien. Elles ont demandé l’asile aux États-Unis pour essayer de reconstruire une vie normale en sécurité. Cependant, elles restent détenues depuis plus de 500 jours dans un centre du service de l’immigration et des douanes situé en Pennsylvanie, un État au nord des États-Unis. Le plus jeune des quatre enfants a passé la moitié de sa vie en détention.

Une détention sans raison valable

Les quatre enfants ont reçu le "statut spécial de mineur migrant" par les autorités américaines. Ce statut leur donne normalement le droit d’être en liberté conditionnelle. La liberté conditionnelle, leur permet de circuler librement tout en étant sous surveillance du service de l’immigration, ce qui n’est pourtant pas leur cas. Même si leurs demandes de résidence permanente sont en cours de traitement, les quatre enfants sont toujours détenus dans le centre. Certains y sont déjà depuis plus de 550 jours.

Leurs mères sont menacées de devoir quitter le territoire. Retourner dans leur pays signifierait pour elles risquer leur vie. De plus, il est essentiel que les mères restent auprès de leurs enfants, dont certains ont moins de six ans, puisqu’elles sont leur seul parent responsable de leur bien-être.

Aucune loi dans le droit des États-Unis ou dans le droit international ne permet aux autorités américaines de maintenir les familles en détention.

Conséquences de la détention sur leur santé

Ces longs mois de détention ont de graves conséquences sur la santé physique et psychologique de ces familles. L’un des enfants a des allergies sévères et sa mère souffre d’un trouble de stress post-traumatique et d’une dépression qui s’aggravent à cause de la détention.

Que peux-tu faire ?

Malgré tous les éléments convaincants qui justifient d’accorder l’asile à ces familles, les instances américaines refusent de leur donner une protection. Suivant le droit international, les États-Unis sont obligés de veiller à ce que les droits humains soient respectés et protégés pour les migrants et demandeurs d’asile comme ces quatre familles.

Signe notre pétition pour demander que ces enfants et leurs mères soient libérés et qu’ils aient accès aux soins de santé nécessaires.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Rejoins un de nos groupes-jeunes actifs !

...

Je m’inscris