Écrire pour les droits dans ton école

À vos plumes les amis ! Agir pour les droits humains c’est possible, en écrivant des lettres aux individus dont les droits ont été bafoués, et aux autorités en charge de leurs affaires pour les appeler à respecter leurs droits fondamentaux.

"Vos messages, qui ont franchi les murs de la prison, m’ont apporté énormément de force", écrit Albert Woodfox, après avoir été libéré au bout de 44 ans d’isolement inique en prison, et ce grâce aux actions menées par Amnesty, et aussi grâce à vous !

Alors, continuons à agir ensemble, de janvier à juin 2017, dans le cadre de notre action "Écrire pour les droits".

Quel est le but de cette action ?

L’objectif est de faire écrire et signer un maximum de lettres dans le monde entier pour plusieurs personnes en danger. À la suite de notre appel international à l’action lors de cette campagne, des représentants d’États croulent sous les lettres et des victimes de torture, des prisonniers d’opinion, des personnes condamnées à mort ou dont les droits humains sont bafoués reçoivent des messages de solidarité de milliers d’inconnus, venant des quatre coins du globe. Ces personnes savent ainsi que l’attention du public est attirée sur leur cas. Elles savent qu’on ne les oublie pas. Les campagnes précédentes ont eu de véritables résultats. Alors on compte sur toi pour participer, cette année encore, à cette grande action d’écriture de lettres qui change des vies. Tu peux organiser l’action quand tu le souhaites, pour un ou pour plusieurs individus, en une fois, ou sur plusieurs jours ! Et pour t’aider à parler de ces individus et à rendre votre action visible dans ton école, nous mettons à ta disposition de nombreux outils, n’oublie pas de nous les demander.

Pour défendre qui ?

Cette année, tu peux choisir un ou plusieurs individus parmi les 10 cas présentés ci-dessous.

Tous ont vu certains de leurs droits les plus fondamentaux bafoués : leur droit à la liberté d’expression, leur droit de ne pas être victime de torture et de mauvais traitements, leur droit à un procès équitable, leur droit à la non-discrimination, leurs droits économiques et sociaux. Ils ont tous besoin de votre appui et d’un petit mot pour garder espoir. Dites-leur que vous pensez à eux et appelez les gouvernements à respecter leurs droits fondamentaux.

  • Annie - Malawi
    Annie a 10 ans et est atteinte d’albinisme, c’est-à-dire qu’elle ne produit pas de mélanine, ce qui rend sa peau toute blanche et ses yeux rouges. Or au Malawi, les personnes albinos sont perçues comme des portes bonheur, comme des objets qui peuvent être volés ou vendus.
  • Bayram et Giyas - Azerbaïdjan
    Ces deux jeunes étudiants sont incarcérés car ils ont voulu protester contre le gouvernement trop autoritaire. Ils ont peint un graffiti exprimant leur colère, sur la statue représentant l’ancien président du pays. Ils ont été sévèrement battus, et contraints de signer des aveux.
  • Eren Keskink - Turquie
    Eren est une défenseure de la minorité kurde en Turquie, pour cela elle a été physiquement agressée, et risque à tout moment de se faire arrêter. Elle a déjà passé 6 mois en prison pour avoir utilisé le mot "Kurdistan" dans un article.
  • Fomusoh Ivo Feh - Cameroun
    Fomusoh Ivo Feh a été arrêté, sans pouvoir contacter sa famille pendant un mois, et il risque 20 ans de prison. Tout cela parce qu’il a transféré le texto d’un ami. Ce texto plaisantait sur les difficultés de trouver un bon travail et d’entrer à l’université, disant qu’il était encore plus facile d’entrer à Boko Haram.
  • Ilham Tohti - Chine
    Ilham Tohti est un professeur d’université qui est en prison car il a critiqué l’état chinois, surtout en ce qui concerne la communauté ouïghoure, un groupe ethnique victime de discrimination, dont lui-même fait partie. Il est puni pour avoir écrit et parlé.
  • Johan Teterissa - Indonésie
    Johan Teterissa a été arrêté et condamné à 15 ans de prison, à des milliers de kilomètres de sa famille et ses amis, pour avoir manifesté pacifiquement devant le président indonésien. Lui ainsi que les autres manifestants ont été torturés.
  • Máxima Acuña - Pérou
    Máxima mène un combat juridique contre une compagnie minière pour l’or et le cuivre qui veut exploiter sa terre. Elle a été attaquée et harcelée par la police locale qui veut la forcer à quitter son lieu de vie. Les agents de sécurité ont aussi détruit ses récoltes, son moyen de subsistance, mais elle ne cède pas.
  • Les peuples autochtones de la vallée de Peace River - Canada
    Le gouvernement canadien a autorisé la construction d’un immense barrage hydroélectrique qui menace les cultures et la mode vie de la population de la vallée de Peace River, en Colombie-Britannique, et va à l’encontre du traité signé il y a 100 ans. La population locale lutte pour protéger sa terre. Ils ont besoin de notre aide.
  • Shawkan - Égypte
    Shawkan est un journaliste qui a été arrêté alors qu’il faisait son travail. Il a pris en photo des actions de la police, qui dispersait violemment des militants pacifiques. Il est actuellement incarcéré depuis 3 ans. Il a reçu des coups de poings et a été fouetté avec une ceinture. De plus, il est malade et ne reçoit pas les soins de santé dont il a besoin.
  • Zeynab Jalalian - Iran
    Zeynab est une militante politique qui a travaillé pour aider la minorité kurde en Iran. Elle a été arrêtée, torturée et condamnée à mort. Sa peine a été commuée en prison à perpétuité. Elle risque de passer le reste de sa vie en prison alors qu’elle n’a commis aucun crime.

Pourquoi dois-tu agir ?

Dans le monde entier, la liberté est menacée. Des militants sont enfermés uniquement pour avoir exprimé leurs opinions, des manifestants sont torturés et incarcérés, des terres sont menacées... Nos lettres, messages et actions feront pression sur les autorités et les pousseront à agir pour que ces personnes puissent vivre librement.

À qui écris-tu ?

Chaque année, nous te proposons, dans le cadre de cette action, d’écrire deux lettres : une à la personne disposant de l’autorité nécessaire pour faire bouger les choses (roi, président, chef de la police, etc.), et une à la personne pour qui nous nous battons, afin qu’elle sache que nous ne l’oublions pas. Tu pourras retrouver l’histoire des 10 personnes concernées dans le matériel destiné spécialement à “Écrire pour les droits”.

Est-ce que ça marche ?

Oui ! Chaque année, de véritables changements surviennent grâce à vos lettres et à vos actions. Des personnes injustement emprisonnées sont libérées. Des tortionnaires sont traduits en justice. Des détenus sont traités plus humainement.

Comment agir ?

En écrivant des lettres pour eux. Tu peux agir en une fois, ou sur plusieurs jours. En installant un stand pendant la récré, en diffusant un film, en faisant du bruit autour d’un cas/d’une thématique, ou même plusieurs… c’est une chose que tu sais faire !

Avec quoi ?

Plein de matériel ! Afin de rendre votre action la plus visible possible, nous mettons à ta disposition un kit complet pour chaque individu.

Il contient :
 une fiche reprenant le résumé du cas ;
 une affiche ;
 un modèle de lettre aux autorités, avec l’adresse complète des autorités concernées ;
 des conseils pour écrire un message de solidarité à la personne concernée ;
 un dossier pédagogique d’éducation aux droits humains proposant des activités à réaliser en classe dans le cadre de l’action "Écrire pour les droits" est également disponible.

Commander du matériel pour cette action

Découvrir en ligne le dossier pédagogique relatif à cette action

Utilise nos vidéos "Écrire pour les droits" pour t’aider à parler de cette action dans ton école

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Rejoins un de nos groupes-jeunes actifs !

...

Je m’inscris