VIÊT-NAM : Le Thi Hong Lien, enseignante, 21 ans, en prison pour ses croyances religieuses


Selon certaines sources, Le Thi Hong Lien, une prisonnière d’opinion incarcérée dans la prison de Chi Hoa, à Ho Chi Minh-Ville (ex-Saïgon), se trouve actuellement dans l’infirmerie de cet établissement et souffre de graves troubles mentaux. D’après les informations recueillies par Amnesty International, son état va en s’aggravant et elle est privée des soins qui lui sont nécessaires.

Le Thi Hong Lien, enseignante au sein de l’Église chrétienne mennonite
vietnamienne, a été arrêtée en juin 2004, en même temps que plusieurs autres membres de la communauté mennonite. Le 12 novembre 2004, elle a été condamnée à douze mois d’emprisonnement, après avoir été déclarée coupable de s’être « opposée à une personne dépositaire de l’autorité publique ».

Amnesty International estime que Le Thi Hong Lien a été emprisonnée
uniquement pour avoir exercé, sans recourir à la violence ni prôner son
usage, ses droits fondamentaux à la liberté d’expression et d’association.
Elle la considère par conséquent comme une prisonnière d’opinion.

Ces derniers mois, la santé mentale de Le Thi Hong Lien se serait gravement détériorée. Des gardiens auraient expliqué à des proches de cette femme qu’ils ne disposaient pas des moyens nécessaires pour prendre en charge des détenus présentant des troubles aussi graves que les siens, et qu’ils avaient dû lui attacher les mains et les pieds au lit. Selon les informations dont dispose Amnesty International, elle ne reçoit pas de soins médicaux adaptés et son état de santé risque d’empirer.
Des personnes détenues avec Le Thi Hong Lien ont indiqué qu’au cours de son emprisonnement, elle avait été maltraitée par des gardiens, notamment par un surveillant chargé de l’escorter entre sa cellule et le tribunal, qu l’avait battue de façon particulièrement brutale.

Depuis de nombreuses années, au Viêt-Nam, des membres de l’Église mennonite et d’autres organisations religieuses non reconnues par l’État sont la cible d’emprisonnements, d’assignations à domicile et de manœuvres de harcèlement.

Le Thi Hong Lien a participé à plusieurs manifestations organisées pour
protester contre la politique menée par le gouvernement en matière de
religion. De même que d’autres Chrétiens mennonites, elle a été arrêtée à
plusieurs reprises ; en 2002, elle aurait été hospitalisée après avoir été
battue en garde à vue. En novembre 2004, elle a été jugée en même temps que Nguyen Hong Quang, pasteur mennonite et défenseur des droits humains.

Celui-ci a été condamné à trois ans d’emprisonnement. Il n’avait pas hésité à dénoncer les difficultés que rencontrent les minorités ethniques des régions montagneuses du centre du Viêt-Nam pour exercer leur droit à la liberté de religion. Il avait également défendu des fermiers dans des
affaires de conflits fonciers.

MODELE DE LETTRE

Premier ministre :
His Excellency Phan Van Khai
Office of the Prime Minister
Hoang Hoa Tham
Hanoï
République socialiste du Viêt-Nam
Fax : + 844 823 4137 / 199 2682

Monsieur le Premier Ministre,

Je suis un/e étudiant/e de l’école ... en Belgique.

Je suis vraiment préoccupé pour Le Thi Hong Lien, dont la santé serait en train de se dégrader. Je vous rappelle qu’elle n’a fait qu’exercer, sans recourir à la violence ni prôner son usage, ses droits fondamentaux à la liberté d’expression et d’opinion.

En conséquence, je vous demande de faire le nécessaire pour que cette femme soit transférée immédiatement dans un établissement médical spécialisé, qui pourra évaluer son état de santé et lui dispenser des soins.

Je vous demande de prendre toutes les mesures nécessaires pour que s’ouvre une enquête sur les allégations selon lesquelles elle a été battue par des gardiens de prison et à déférer à la justice les responsables présumés de ces agissements.

Enfin, je vous demande instamment que Le Thi Hong Lien soit libérée immédiatement et sans condition, cette femme étant une prisonnière d’opinion.

En espérant que vous tiendrez compte de ma lettre, je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, à l’expression de mes sentiments distingués.

Nom et prénom :

Adresse :

Signature :

Envoyez une copie à :

Ambassade de la République Socialiste du Vietnam :
Ambassade de la République Socialiste du Vietnam
Bd. General Jacques 1
1050 Bruxelles
Fax : 02/3749376

Toutes les infos

Infos liées

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris