SOUDAN PEINE DE MORT / PROCÈS INJUSTE

Alakor (Madina) Lual Deng (f), membre de l’ethnie dinka, environ 30 ans, risque d’être lapidée pour crime d’adultère !

Alakor Lual Deng risque d’être lapidée jusqu’à ce que mort s’ensuive. En juillet 2003, un tribunal pénal d’En Nahud, ville de l’État du Kordofan occidental, a déclaré cette femme coupable d’"adultère". Alakor Lual Deng a formé un recours contre sa peine auprès de la Cour suprême, qui devra confirmer ou rejeter cette sentence. Alakor Lual Deng a eu quatre enfants avec un homme originaire du Kordofan qu’elle n’a pas "formellement" épousé, à ce qu’il semble. En 2003, elle a été reconnue coupable d’adultère avec un autre Dinka du nom de Bol Yak Akoon, dont elle est tombée enceinte. D’après les informations recueillies, Bol Yak Akoon a été remis en liberté après s’être acquitté d’une amende de 20000 dinars soudanais (soit une soixantaine d’euros) et avoir reçu 100 coups de fouet, ce qui correspond à la peine prévue par le Code pénal soudanais pour les hommes célibataires reconnus coupables de relations sexuelles illicites. De toute évidence, la condamnation d’Alakor Lual Deng se fonde sur des déclarations dans lesquelles elle a "avoué" être coupable d’adultère. Elle n’a pas été assistée par un avocat ni bénéficié, manifestement, des services d’un interprète parlant le dinka lors de son procès, qui s’est déroulé en arabe. Alakor Lual Deng est originaire de la ville de Gogrial dans le sud du Soudan ; elle aurait déménagé dans le Kordofan occidental lorsqu’elle était enfant. Aujourd’hui, elle se trouve dans la prison d’el Obeid, située dans l’État du Kordofan septentrional, et attend l’exécution de sa peine avec son bébé, qui serait âgé de dix mois.

INFORMATIONS GÉNÉRALES

La flagellation, l’amputation et l’exécution par pendaison ou lapidation sont au nombre des peines prévues par le Code pénal soudanais, qui se fonde en partie sur la charia (loi islamique). Amnesty International ne prend aucunement position vis-à-vis de la charia, ni d’une quelconque autre forme de droit religieux. Toutefois, elle estime que ces peines sont des châtiments cruels, inhumains et dégradants, incompatibles avec les obligations qui incombent au Soudan en vertu du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP). Amnesty International est opposée en toutes circonstances à la peine de mort. Alakor Lual Deng et Bol Yak Akoon ont été condamnés en vertu de l’article 146 du Code pénal, qui dispose que toute personne reconnue coupable de zina est passible d’une peine d’exécution par lapidation si elle est mariée ou, dans le cas contraire, d’une peine de 100 coups de fouet. Aux termes du Code pénal, le zina s’entend de toute relation sexuelle en dehors du mariage.

Modèle de lettre :

Premier vice-président :
Mr Ali Osman Mohamed Taha
First Vice-President
People’s Palace
PO Box 281
Khartoum, Soudan
Fax : 00 249 11 771025

Monsieur le Vice-Président,

Je suis un/e étudiant/e de l’école .... En Belgique.

Je vous demande d’annuler sans délai la peine prononcée contre Alakor Lual Deng, condamnée à être exécutée par lapidation ;

A mes yeux, une telle peine constitue une forme de torture ou de traitement cruel, inhumain et dégradant, et est par conséquent contraire à certains traités internationaux relatifs aux droits humains auxquels le Soudan est partie, tels que le Pacte international sur les droits civils et politiques (PIDCP).

Je m’oppose à la peine de mort, qui constitue une violation du droit à la vie.

Enfin, je vous demande de modifier la législation soudanaise de façon à la mettre en conformité avec les instruments internationaux auxquels le Soudan est partie et qui prohibent les châtiments cruels.

En espérant que vous tiendrez compte de ma lettre, je vous prie de croire, Monsieur le Vice-Président, à l’expression de mes sentiments distingués.

Nom et prénom :

Adresse :

Signature :

Envoyez une copie à :

Conseil consultatif sur les droits humains :
Dr Yasir Sid Ahmed
Advisory Council for Human Rights
PO Box 302
Khartoum, Soudan
Fax : 00 249 11 779173 / 770883

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris