MEXIQUE CIUDAD JUAREZ, UNE VILLE OU IL N’EST PAS CONSEILLE D’ETRE UNE FEMME !

Personne tuée : Alma Brisa Molina Baca (f), 34 ans

Le 24 juillet 2004, Alma Brisa Molina Baca a été enlevée, soumise à une agression sexuelle et tuée à Ciudad Juarez, dans l’État de Chihuahua. Il semble que sa mort ait un lien avec la série de meurtres accompagnés de violences sexuelles qui frappent la région depuis dix ans et que les autorités n’ont pas su empêcher ou faire cesser. D’intenses pressions nationales et internationales avaient permis, récemment, de faire diminuer le nombre de meurtres, mais ce dernier homicide ravive les inquiétudes à Ciudad Juarez.

Alma Brisa Molina Baca travaillait dans l’une des usines (maquilas) de Ciudad Juarez, une ville située dans le désert à la frontière avec les États-Unis. Selon les informations recueillies, elle avait prévenu ses parents qu’elle partait danser le 24 juillet. On a retrouvé son corps le 27 juillet sur un terrain vague de Ciudad Juarez. L’autopsie aurait révélé qu’elle avait été violée et étranglée. Les enquêtes officielles sur la série d’enlèvements et de meurtres de femmes à Ciudad Juarez ont systématiquement été minées par les négligences commises par les autorités, qui omettent de suivre certaines pistes ou d’interroger des témoins, ou qui manquent de rigueur dans la manipulation des éléments de preuve médicolégaux. Les autorités ont par ailleurs privé les familles de leur droit de participer (coadyuvar) aux investigations officielles, et sont d’autant moins obligées de rendre des comptes au sujet de leur incapacité à mettre un terme aux enlèvements et aux homicides.

INFORMATIONS GÉNÉRALES
Dans un récent rapport, Amnesty rend compte de plus de 300 meurtres de femmes. Selon les informations recueillies par l’organisation, au moins 137 victimes portaient des marques de sévices sexuels et, dans un grand nombre de cas, elles avaient été enlevées puis avaient subi des violences extrêmes. Au cours des dix dernières années, les autorités de l’état de Chihuahua n’ont rien fait pour empêcher ces homicides ou traduire en justice leurs auteurs présumés, notamment dans les affaires à caractère sexuel. Un certain nombre de suspects ont été arrêtés et, bien que beaucoup aient passé plusieurs années en prison, un seul a été condamné. Les autorités n’ont jamais véritablement enquêté sur les allégations selon lesquelles ces hommes avaient "avoué" sous la torture, sapant un peu plus encore la crédibilité du système judiciaire mexicain. Les proches des victimes et des personnes emprisonnées, de même que des organisations de défense des droits humains ont cherché à dénoncer les négligences commises par les autorités de l’État et leur manque d’empressement à traduire en justice les responsables présumés de ces crimes. Les pouvoirs publics les ont menacés, harcelés et attaqués dans la presse. Selon les statistiques officielles, plus de 30 femmes demeurent introuvables parmi celles qui ont été portées disparues ces onze dernières années à Ciudad Juarez. Ce chiffre reste à confirmer.

Pendant de nombreuses années, les autorités fédérales ont refusé d’intervenir à Chihuahua, prétextant que les homicides relevaient exclusivement des autorités de l’État. Toutefois, au cours de l’année qui vient de s’écouler, face à d’intense pressions nationales et internationales, elles se sont résolues à enquêter sur un certain nombre de meurtres et à collaborer avec les autorités locales en matière d’investigations et de mesures visant à améliorer la sécurité des femmes. Il semble que ces dispositions aient réduit le nombre de meurtres, cependant, on n’a pu constater quasiment aucune avancée significative dans les informations ouvertes sur les précédents homicides. La mort d’Alma Brisa Molina Baca est la preuve que les responsables de nombre de ces crimes n’ont toujours pas été déférés à la justice et que les femmes restent toujours particulièrement exposées aux agressions à Ciudad Juarez et à Chihuahua.

Modèle de lettre :

Gouverneur de l’État de Chihuahua :
Lic. Patrício Martínez
Gobernador del Estado de Chihuahua
Aldama 901, Colonia Centro
Estado de Chihuahua, Mexique
Fax : 00 52 614 429 3464

Monsieur le Gouverneur,

Je suis un/e étudiant/e de l’école... (nom de l’école) en Belgique.

Je suis vraiment préoccupé par l’enlèvement et la mort d’Alma Brisa Molina Baca, tuée à Ciudad Juarez. Pour cette raison, je vous demande que soit ouverte dans les meilleurs délais une enquête impartiale et efficace sur cet homicide, afin que l’identité des responsables présumés soit établie et qu’ils soient traduits en justice ;

Je vous demande également

 de veiller à ce que la famille de la victime puisse participer à l’enquête officielle ;
 de faire en sorte que tous les cas de disparitions ou de meurtres de femmes dans l’État de Chihuahua fassent l’objet d’une enquête digne de ce nom ;
 de prendre des mesures efficaces pour que les femmes ne vivent plus dans la crainte de la violence dans l’État de Chihuahua.

En espérant que vous tiendrez compte de ma lettre, je vous prie de croire, Monsieur le Gouverneur, à l’expression de mes sentiments distingués.

Nom et prénom :

Adresse :

Signature :

Envoyez une copie à :

Lic. Jesús Antonio Piñon Jiménez
Procurador General de Justicia del Estado de Chihuahua
Calle Vicente Guerrero 616,
Col. Centro,
Chihuahua, Mexique
Fax : 00 52 614 415 0314

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris