Des pistes d’activités sur les violences contre les femmes


IDEES D’ANIMATION / ACTIVITES CREATIVES

* Théâtre

Il existe beaucoup de pièces sur le thème des violences contre les femmes, dont certaines s’adressent spécifiquement aux jeunes.

Nous vous proposons de mettre vous-même en scène certains textes assez parlants. Voici un exemple, libre à vous d’en trouver d’autres ou d’en créer vous-mêmes.

J’ai reçu des fleurs aujourd’hui

J’ai reçu des fleurs aujourd’hui.
Ce n’était pas mon anniversaire ni un autre jour spécial.
Nous avons eu notre première dispute hier dans la nuit et il m’a dit beaucoup de choses cruelles qui m’ont vraiment blessée.
Je sais qu’il est désolé et qu’il n’a pas voulu dire les choses qu’il a dites parce qu’il m’a envoyé des fleurs aujourd’hui.

J’ai reçu des fleurs aujourd’hui.
Ce n’était pas notre anniversaire, ni un autre jour spécial.
Hier, dans la nuit, il m’a poussée contre un mur et a commencé à m’étrangler.
Ça ressemblait à un cauchemar, je ne pouvais croire que c’était réel.
Je me suis réveillée ce matin le corps douloureux et meurtri.
Je sais qu’il doit être désolé parce qu’il m’a envoyé des fleurs aujourd’hui.

J’ai reçu des fleurs aujourd’hui et ce n’était pas la fête des mères ni un autre jour spécial.
Hier, dans la nuit, il m’a de nouveau battue,
c’était beaucoup plus violent que les autres fois.
Si je le quitte, que deviendrais-je ?
Comment prendre soin de mes enfants ?

Et les problèmes financiers ?
J’ai peur de lui mais je suis effrayée à l’idée de partir.
Mais je sais qu’il doit être désolé parce qu’il m’a envoyé des fleurs aujourd’hui.

J’ai reçu des fleurs aujourd’hui.
Aujourd’hui c’était un jour très spécial, c’était le jour de mes funérailles.
Hier dans la nuit, il m’a finalement tuée...
Il m’a battue à mort.
Si seulement j’avais trouvé assez de courage pour le quitter, je n’aurais pas reçu de fleurs aujourd’hui.


En Belgique, une femme sur cinq est victime de violences domestiques.
En France, six femmes meurent tous les mois, tuées par leur compagnon.
Dans le monde, on estime que trois femmes sur cinq sont victimes de violences à un moment de leur vie.
Il est temps que cela cesse ! Il est grand temps de changer les mentatlités !

Vous pouvez aussi créer un spectacle de marionnettes, avec par exemple une école primaire ou un groupe d’enfants de votre commune...

* Happening

“ Ils ont brisé mon identité ”

Proposez aux professeur d’expression graphique de créer avec les élèves des portraits de femmes sur des miroirs. Exposez ensuite ces portraits dans votre école, avec le slogon « Ils ont brisé mon identité », ou « Il a brisé mon identité ». selon l’histoire de la femme que vous voulez représenter.
Vous pourrez ainsi attirer l’attention des autres élèves et des professeurs et leur proposer d’écrire des lettres en faveur de ces femmes ou filles victimes d’injustices.

Pourquoi utiliser un miroir ?

Le reflet que renvoie le miroir brisé peut évoquer la perte de repères que ressent une femme violée ou humiliée. Pour réaliser ces portraits, vous pouvez vous inspirer des cas de femmes ou de filles victimes de viol en prison, de crimes d’honneur, de mutilations génitales féminines, ou encore de cas de femmes belges battues par leur compagnon.

Conseils techniques :

Vous pouvez créer ces portraits à partir de morceaux de miroirs ou de feuilles d’aluminium collés sur des feuilles de carton (40 cm sur 50 cm.) à encadrer.
Cherchez d’abord un bon support de la bonne dimension. Idéalement, le support devrait être en carton (en vente dans les magasins de graphisme ou dans certains magasins de photocopieuses). Veillez à ce qu’il puisse rentrer dans un cadre standard que vous pouvez acheter dans le commerce.

Il est possible de se procurer des chutes de miroirs chez les vitriers. N’utilisez pas des morceaux trop épais, car ils devront pouvoir entrer dans le cadre. Attention, pour ne pas vous couper, utilisez des gants au moment de l’assemblage. Vous pouvez coller les morceaux de miroirs avec de la colle forte.

Autrement, vous pouvez aussi utiliser du papier alu. Disposer vos morceaux en forme de visage de femmes. Sur ces morceaux de miroirs, vous pouvez dessiner des traits (utilisez de la peinture, des feutres ou du rouge à lèvres), les peindre ou coller des extraits de magazines (par ex. de publicités).

Attention, veillez à ce que l’ensemble donne l’impression d’un visage brisé. Le type de visage ne doit pas nécessairement correspondre à un cas bien précis : il peut s’agir d’une femme européenne, asiatique, africaine,... peu importe, du moment qu’il s’agit d’une femme ou d’une fillette.

Vous pouvez utiliser des symboles comme celui du sexe féminin (un rond avec une croix en-dessous) ou la bougie d’Amnesty. Éventuellement, vous pouvez entourer le cadre d’autres éléments, comme un tissu en forme de robe.

Variante de cette activité

Utilisez le slogan « Ils ont piétiné mon identité ».

Collez sur le sol, à un endroit de passage, des photos de femmes victimes de violences. Collez également le slogan. Vous verrez que la plupart des gens hésiteront avant de marcher sur les photos. Profitez-en pour leur expliquer le sens de votre action et pour les diriger vers un stand où ils pourront signer des pétitions et recevoir plus d’informations.

* Créez une affiche, une grande banderole, une pétition géante.

* Cherchez des dessins ou caricatures afin d’illustrer vos slogans, vos panneaux.

* Cherchez des chansons évoquant les droits des femmes et proposez-les sous forme de karaoké ou de spectacle de danse.


* Proposez la création d’une sculpture, d’un monument contre les violences faites aux femmes, qui pourrait être présenté par exemple le 8 mars, lors de la journée internationale des femmes.

* Et surtout, n’oubliez pas de participer à notre concours de scénario (pour cela, renvoyez-nous le bon d’inscription en dernière page !).

IDEES POUR SENSIBILISER VOTRE ENTOURAGE / VOTRE ECOLE

* organisez une conférence, un débat sur le thème des violences contre les femmes ;

* invitez une femme victime, via une association (voir chapitre 10).

* organisez un sondage sur les violences contre les femmes dans votre école ou votre quartier ;

* créez et diffusez une charte avec les comportements tolérés et non tolérés dans votre école ;

* invitez des acteurs locaux : police, presse, représentants politiques, pour parler de ce thème ;

* élaborez des recommandations au pouvoir politique, comme par ex : inclure les DH et de la femme dans les programmes scolaires...

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris