VU DANS LES GROUPES ECOLES

Voici le compte-rendu d’une action menée dans le groupe école Oxfamnesty de St André de Ramegnies-Chin (Tournai). Ils ont raison d’en être fiers !

Les catas tues... tuent aussi !

26 décembre 2004... Tsunami en Asie... Lorsqu’on évoque cette date, qui n’a pas des images de désolation, vues à la télé, qui lui reviennent en tête ? Qui n’a pas envoyé un petit SMS pour faire un don ? Qui n’a pas été horrifié en voyant ces images plus sanglantes les unes que les autres ? Peu de personnes, en effet. Ce fut une bataille médiatique entre les journaux avec pour gagnant celui qui montrerait la photo la plus morbide.

Mais qui se soucie des 20 à 25.000 hommes, femmes et enfants qui meurent chaque jour de faim ? Qui se soucie du ‘tsunami’ qui a lieu chaque semaine, causé, lui, par la famine, le manque d’eau potable, la guerre ? Dans notre société occidentale, peu de gens en sont conscients. Toutes ces victimes meurent en silence. A qui la faute ? Pas aux éléments déchaînés de la nature, mais à l’homme lui-même. Autant de morts que nous pourrions éviter. A notre échelle, il est difficile d’agir directement, mais voir la réalité en face est déjà un grand pas.

C’est le message que notre groupe Oxfamnesty (une vingtaine d’élèves des classes de 2ème à la 6ème) a voulu faire passer aux élèves de SAR (St André, Ramegnies-Chin), à travers un grand jeu pour l’opération appelée « Les catas tues... tuent aussi ! ». Pas moins de 270 élèves, répartis en équipes de 6 ou 7 (chaque équipe représentant un pays avec une certaine population dont ils étaient responsables), ont déambulé entre les différents stands des épreuves du parcours. Leur but était de perdre le moins possible de population ; notre but, à travers les épreuves, était de faire comprendre que des catastrophes dont on parle peu sont évitables, ne sont pas naturelles. Voici une présentation des épreuves :

GOUTS DU MONDE
Les élèves devaient goûter des plats simples et reconnaître le pays d’origine. Bien sûr, ces plats n’étaient pas des tortillas mexicaines ou des sushi japonais, mais des lentilles, du riz grillé,... ou rien , car tout le monde ne mange pas à sa faim.

ACCES A L’EAU POTABLE
Il n’est pas facile d’effectuer un parcours d’obstacles en faisant tomber le moins d’eau possible. Mais c’est encore plus dur de parcourir des kilomètres pour se procurer un petit bidon d’eau potable !

MEDIAS
Même s’ils passent beaucoup de temps devant la télé et, parfois, devant le JT, les équipes d’élèves ont souvent eu du mal à associer une catastrophe et son année, le pays du drame, et le nombre de victimes. Comme quoi, l’homme oublie bien vite les mauvais souvenirs, d’autant plus que des catastrophes sont plus médiatisées que d’autres.

CONSTRUCTIONS
Quelle ne fut pas la fierté de certains élèves après avoir construit leur tour de blocs de couleur ! Ils ont vite déchanté quand un membre d’Oxfamnesty a décidé arbitrairement d’enlever les cubes de telle ou telle couleur. Des gouvernements se montrent injustes et arbitraires envers la polulation et empêchent ainsi son bon développement.

REPARTITIION INEGALE DES TERRES
Deux équipes s’affrontent à la marelle. Seulement, voilà, les dés sont pipés et une des deux équipes est lésée. Les organisateurs connaissent d’avance les gagnants. Dans certains pays, c’est comme ça aussi. La compétition est impossible si vous vivez sur des terres où rien ne pousse et que votre concurrent a reçu, ou s’est octroyé les terres fertiles.

GUERRES
Devant les élèves, une balance qui penche du mauvais côté, et une feuille de papier où sont proposées des solutions pour résoudre un conflit. Aux propositions, plus ou moins bonnes, correspondait un poids (plus lourd si la proposition est plus valable) et le but était de faire pencher la balance du bon côté, c.-à-d. du côté de la paix.

Parmi les équipes rôdait incognito une personne symbolisant le tsunami qui, au hasard, faisait disparaître un pourcentage de la population du pays. Elle rappelait ainsi le caractère imprévu, inévitable et meurtrier des catastrophes naturelles. Mais celles-ci sont parfois moins meurtrières que la bêtise humaine !

Opération réussie. Message reçu cinq sur cinq par les participants. Le groupe Oxfamnesty SAR

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris