BONNES NOUVELLES

INDONÉSIE Ignatus, enfin libre, remercie les membres d’Amnesty

Ignatius K. Mahendra Wardhana, étudiant et militant, a été libéré de prison le 17 août à l’occasion de la commémoration de l’indépendance indonésienne. Il n’avait que 21ans lorsqu’il a été condamné en avril 2003 à trois années d’emprisonnement pour avoir « insulté » le président au cours d’une manifestation pacifique contre les hausses du prix du carburant, à Yogyakarta. Selon les informations recueillies, son procès a été entaché de telles manœuvres d’intimidation que son avocat a été contraint de renoncer à assurer sa défense. Mahendra a été condamné sans avoir pu être défendu par un avocat.
À sa libération, Mahendra a décrit les conditions terribles de sa détention, notamment sur le plan de l’alimentation, et souligné que la prison est « un endroit où l’on se sent très seul ». Il a indiqué que les lettres envoyées par les membres d’Amnesty lui avaient apporté beaucoup de réconfort. « Grâce à ces lettres, nous savions qu’un grand nombre de personnes nous soutenaient et pensaient à nous », a-t-il précisé.
Mahendra a occupé une bonne partie de son temps en prison à répondre aux membres d’Amnesty et à lire l’intégralité du manuel “Pour des procès équitables”, qui lui avait été transmis clandestinement.
Militant infatigable, Mahendra pense qu’il est essentiel de faire preuve de solidarité envers les défenseurs des droits humains, car ils luttent pour obtenir un monde meilleur pour tous. C’est pourquoi, lorsque la section britannique d’Amnesty a organisé une campagne d’envoi de cartes de vœux l’an dernier, dans laquelle figurait le cas de Mahendra, celui-ci a estimé qu’il ne pouvait pas se contenter de recevoir des lettres, même s’il en était très reconnaissant. Sans se laisser décourager par les difficultés logistiques, il a demandé une brochure sur la campagne, a écrit à d’autres prisonniers dont le cas était cité dans cette campagne et a fait sortir en fraude les lettres de la prison. En outre, il a envoyé la brochure à son organisation étudiante, qui a ensuite créé un site Internet consacré aux prisonniers d’opinion du monde entier.
Son séjour en prison n’a en rien diminué l’ardeur dont Mahendra fait preuve dans son combat pour un monde meilleur. Il a célébré sa libération en prenant immédiatement la tête d’une manifestation contre la détention des militants pacifiques, en affirmant qu’« il y a tant à faire ».
Mahendra a repris sa fonction de président du bureau régional de la Liga Mahasiswa Nasional untuk Demokrasi (LMND, Ligue nationale des étudiants pour la démocratie). Il pense qu’Amnesty International a un rôle important à jouer en Indonésie. « Beaucoup de choses doivent encore changer, en particulier en Indonésie, déclare-t-il. Cela signifie qu’il ne faut pas abandonner la lutte en faveur des droits humains. » Et d’ajouter : « Reste à savoir comment utiliser nos connaissances [...] afin de construire un monde meilleur. Je pense que c’est à cela qu’on peut mesurer la grandeur des hommes. »
Mahendra tient à remercier sincèrement les membres d’Amnesty International, dans le monde entier, pour la solidarité dont ils ont fait preuve à son égard.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris