Pie Tsibanda, un fou noir au pays des blancs.

À l’ombre de l’arbre situé au centre du village que nous voudrions planétaire, Pie Tshibanda raconte. C’est l’histoire d’un noir contraint par un "nettoyage ethnique" à fuir son pays, et à trouver refuge dans une Europe aux prises avec ses propres difficultés et qui ne peut donc pas se charger de toute la misère du monde.

Conteur, auteur et psychologue au Congo, Pie Tshibanda, une fois chez nous, s’est découvert anonyme et suspect. Une situation qu’il a refusée, au risque de passer pour "Un fou noir au pays des blancs", comme l’indique le titre du livre qu’il conte aujourd’hui avec une verve décapante, riche d’humour et de malice.

« Pie Tshibanda a eu le courage de venir vers nous ? Les gens courent aujourd’hui vers lui, bouleversés par ce soleil inespéré »

Laurent Ancion, Le Soir

C’est en 1999 que Pie Tshibanda a présenté, pour la première fois, son spectacle "Un fou noir au pays des blancs". Pie Tshibanda y conte, avec humour et sensibilité, l’histoire de son exil, du Congo vers la Belgique.

Pie Tshibanda, marié et père de six enfants, est originaire de Kolwezi, une ville située au sud du Congo, dans la région du Katanga.
Ses ancêtres, originaires du Kasaï, avaient émigré au Katanga, après que l’on avait découvert l’existence, dans cette région, de richesses minières. Les autorités congolaises avaient alors en effet fait venir des travailleurs du centre du pays et même des pays voisins pour travailler dans les mines.
Petit à petit, les familles immigrées du Kasaï prirent leur place au Katanga. On constata même qu’en un demi-siècle à peine, la descendance kasaïenne avait accédé aux professions les plus prestigieuses et les plus prisées du Katanga.

C’est un jeu de haine et de jalousie qui suscite alors, en 1995, une épuration ethnique dont furent victimes les Zaïrois originaires du Kasaï. Ils n’eurent d’autre choix que de quitter le territoire du Katanga, sous peine d’être exécutés.

"En ce moment, il y a une épuration ethnique au Katanga contre les Kasaïens . Il faut qu’ils partent tous ! Ils ont été renvoyés de leurs maisons... ils ont perdu leur travail... Kolwezi et Likasi ont mis dehors leurs Kasaïens... Ils sont dans des gares, parqués comme du bétail. A la Gare de Likasi, la mortalité a été stabilisée à dix-sept morts par jour."

Pie Tshibanda, son épouse et ses enfants ont été de ceux qui durent subitement quitter le Katanga.

Psychologue, écrivain auteur d’une dizaine de livres, Pie Tshibanda estime alors devoir dénoncer les massacres dont il est le témoin. Il réalise à cette fin un film vidéo, publie une bande dessinée et écrit des articles qu’il adresse à plusieurs maisons de presse du monde entier. Il devient alors rapidement un "témoin gênant", et n’a finalement d’autre choix que de quitter son pays et prendre le chemin de l’exil, vers la Belgique.

Dés son arrivée à Zaventem, Pie Tshibanda prend conscience de la différence de culture à laquelle il va être confronté : on le tutoie, on le fouille, on met en doute sa licence en psychologie. Il comprend à cet instant, qu’en franchissant la frontière belge, il n’est plus l’intellectuel estimé qu’il était auparavant. Il est désormais "un étranger", qui va devoir trouver sa place et faire ses preuves.

"En Europe, tu n’as pas droit à l’erreur. Dans le métro, en train, n’égare jamais ton titre de transport. N’oublie jamais d’acheter ton billet... Un noir n’oublie pas, il ne se trompe pas, il n’égare pas... Il triche !"

Les premiers mois de Pie Tshibanda en Belgique vont le confronter à la complexité de la procédure d’asile, à la difficulté de trouver un logement lorsqu’on est étranger, à la suspicion que certains réservent à un nouvel arrivant.

Mais ce que nous montre Pie à travers son spectacle, c’est la manière dont de tels préjugés peuvent tomber, la manière dont il est lui-même finalement accepté et reconnu, comme être humain. Il prend lui-même l’initiative de se présenter aux gens du village où il s’est installé, il obtient la reconnaissance de son diplôme de psychologue, et décroche une licence en sciences de la famille et sexualité à l’UCL.

Sa formation l’amène à donner des cours de rattrapage aux enfants. La commune de Court Saint Etienne lui attribuera, à travers un projet d’école de devoirs itinérante une camionnette aménagée en petite salle d’étude, qui le conduit dans six écoles différentes.

Son histoire, Pie Tshibanda nous la conte à travers son spectacle "Un fou noir au pays des blancs". Humaines et nuancées, les paroles de Pie nous touchent, en mettant en évidence le regard que nous portons parfois sur ceux que nous ne connaissons pas, la méfiance que peut nous inspirer la différence.

Nombreux sont les enfants qui, touchés par le discours de Pie Tshibanda, lui ont témoigné ce que le spectacle leur avait apporté. Comme Benjamin qui écrit : "Cher Pie Tshibanda, parmi les personnes qui nous ont parlé dans le cadre de la journée contre le racisme, c’est vous que nous avons préféré parce que les autres parlaient trop dramatiquement, trop simplement et que vous, vous avez ajouté de l’humour, du cœur et de la joie, et grâce à cela nous avons pu être attentifs, émus et admiratifs. Maintenant, quand nous croisons des noirs dans la rue, nous pensons à vous et à vos contes".


Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris