Histoire Contemporaine ou la Libye sous Kadhafi

Histoire contemporaine

Située entre le monde arabe de l’Ouest et celui de l’Est, la Libye était une colonie italienne jusqu’en 1951. La domination italienne se révèle désastreuse pour les Libyens : entre 1911 et 1945, les Italiens exterminent ou forcent à l’exil la moitié de la population locale.
En 1951, la Libye devient un royaume indépendant avec à sa tête le souverain Idris I mais celui-ci se révèle incapable de faire les réformes intérieures nécessaires ni d’opter clairement dans le conflit israélo-palestinien.
Le premier septembre 1969, l’armée dépose le roi et proclame la république.

Qui est Muammar Kadhafi ?

Kadhafi est né dans le désert, voilà 58 ans. Ses parents étaient des Bédouins de la tribu des Kaddafat al-dam
(ceux qui font jaillir le sang).
Après une jeunesse turbulente, Muammar rejoint en 1964 l’Académie militaire de Benghazi où il fonde une cellule clandestine d’ "officiers libres ".
Le 1er septembre 1969, les conjurés déposent le roi Idris I.

Qu’est la Jamahiriyya ?

Kadhafi déclare que la Libye est une Jamahiriyya
(néologisme pouvant se traduire par « république des masses ») et met en place un système de démocratie directe à travers les Comités populaires.

La Jamahiriyya puise ses slogans dans le « Livre vert », le catéchisme du guide qui livre les secrets de la
« troisième théorie universelle » , seul remède au combat entre capitalisme et socialisme : haro sur les partis, le scrutin majoritaire et le Parlement, le salariat et la monnaie, la tyrannie de l’enseignement obligatoire ou les crèches.

Dans la pratique, le système politique libyen est une dictature militaire stricto sensu, adossée à un appareil répressif implacable. Le pouvoir de Kadhafi reste donc personnel et absolu.

Kadhafi ou l’éternel défi

Le Guide de la révolution libyenne, hier traité en paria, devient aujourd’hui médiateur de la planète.

C’est à Kadhafi que revient le trophée de la longévité des potentats arabes : 32 années de pouvoir sans partage. Il a survécu à tout : à l’embargo, aux procès, aux attentats , aux coups d’Etat, aux revers militaires et aux raids américains.

Au nom de la lutte contre l’impérialisme occidental , il a, pendant des années, armé, entraîné, financé, hébergé ou soutenu des individus tels que Carlos, Abou Nidal… mais aussi des groupes aussi différents que l’armée républicaine irlandaise, les Basques de l’ETA, les sandinistes du Nicaragua…

Aujourd’hui, il se présente comme une sorte de médiateur planétaire : c’est grâce à Tripoli que les otages occidentaux de Jolo, captifs des islamistes philippins d’Abou Sayyaf ont pu rentrer chez eux.

L’épilogue judiciaire de la tragédie de Lockerbie - un boeing de la Pan Am foudroyé dans le ciel d’Ecosse en 1988, 270 tués - n’a pas terni l’aura de Kadhafi mais lui a permis, au contraire, en livrant ses deux agents, d’obtenir la levée de l’embargo décrété 7 ans plus tôt par les Nations Unies.
Un tribunal écossais, siégeant aux Pays-Bas, a condamné l’un des deux prévenus et blanchi l’autre.

A Paris, la Cour de cassation lui a épargné l’infamie des poursuites pour le crash criminel du DC 10 d’UTA
(170 morts le 19 septembre 89).

Dans les deux cas, Kadhafi , fut informé par avance d’un verdict négocié. Le respect dû à ses confortables réserves pétrolières et l’empressement des investisseurs occidentaux ont dicté ce traitement de faveur.

Quelles initiatives diplomatiques Kadhafi a-t-il prises ?

Dès son arrivée au pouvoir, Kadhafi souhaite une alliance entre la Libye et les autres pays arabes. Malheureusement, toutes ses tentatives se soldent par des échecs. Le panarabisme était une chimère.

A l’heure actuelle, Kadhafi multiplie les initiatives diplomatiques pour réconcilier tous ceux qui s’entre-déchirent, qu’il s’agisse des Ethiopiens et des Erythréens, des chefs de guerre somaliens,…

Quant aux dirigeants européens, ils semblent penser que Kadhafi s’est assagi, que la Libye est devenue un Etat à la fois plus pacifique et plus fiable et qu’il est de l’intérêt des Européens d’"accompagner " ce nouveau comportement. De plus, ce pays pétrolier est solvable et la levée des sanctions permet d’y investir .

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris