Le divorce en Egypte

Si l’antiquité égyptienne a laissé de certaines femmes une image éclatante - Ankhenespépi II, Néfertiti et Cléopâtre n’ont-elles pas présidé aux destinées du royaume des Pharaons ? - la place réservée aux femmes d’aujourd’hui n’est pas des plus enviables. Aussi n’est-il pas étonnant d’assiter à un grand nombre de séparations : beaucoup de femmes, surtout dans les villes, cherchent à quitter leur mari. A la procédure du divorce classique, longue et incertaine, beaucoup de femmes préfèrent le plus souvent le kholea. Cette pratique issue de la charia se développe en deux temps : d’abord des médiateurs issus des deux familles ont trois mois pour essayer de régler le différend entre époux. S’ils n’y arrivent pas, la femme peut divorcer de sa propre initiative : elle indique simplement au juge qu’elle ne supporte plus son mari : obligation lui faite de restituer la dot à son mari. Par contre les biens de la communauté posent problème : à qui et comment les attribuer ?

Devant le nombre croissant de ces divorces expéditifs et les difficultés pour les tribunaux de trancher dans les litiges concernant les biens, un recours a été déposé contre la constitutionnalité de cette procédure de divorce inspirée de la loi coranique. Certains défenseurs de la condition féminine plaident ainsi pour le divorce « laïc » qui garantit mieux les intérêts financiers des femmes : « Lorsqu’une femme intente un procès en kholéa, elle renonce à tous es autres droits comme la pension alimentaire » explique Nawal, femme au foyer. Le seul problème, mais il est de taille est le délai : ciinq à dix ans de procédure pour obtenir un jugement. Le débat est donc loin d’être clos. Affaire à suivre …

source : journal égyptien, disponible en français sur internet sous le nom de « Al Ahram hebdo ».

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris