Les droits de l’homme au Brésil Rapport 2002 d’Amnesty Internationnal

1)Contexte.

La criminalité urbaine est le principal problème dans l’ensemble du pays. La drogue et la violence ont aussi fait un grand nombre de victimes. Les policiers mécontents réclament de meilleures conditions de travail. Après avoir dénoncé des actes de corruption et de malversations, les enquêteurs auraient été menacés et agressés.

2) Torture et mauvais traitements.

Des policiers civils et militaires, des gardiens de prisons et des membres des forces armées continuent à se servir de la violence pour arracher aux détenus, des "aveux", le l’argent et aussi les humilier. Les autorités montrent un réel manque de volonté pour punir les coupables. Ces actes persistent même après avoir placé une ligne téléphonique gratuite où on a recueilli de nombreux témoignages. Un système d’enquête sur les actes de torture a été mis en place mais de nombreuses
OGN trouvent cela insufisant.

3) Conditions carcérales et morts en détention.

De nombreuses mutineries ont éclatées dans plusieurs centres de détention. En effet, les détenus vivent dans des conditions inhumaines : manque de nourriture, d’hygiène, de soins, personnel insuffisant, brutalité,...
Le respect des droits humains est totalement rayé.
Les policiers en viennent même aux armes pour contenir l’agitation.

4)Exécution extrajudiciaire et escadrons de la mort.

Les escadrons de la mort et la police se servent de leur pouvoir pour faire régner l’ordre. Ils ont fait de nombreuses victimes dans plusieurs états. Ils ont tenus aussi des menaces de mort contre des défenseurs des droits humains, des responsables politiques, des journalistes, des militants écologistes et des enfants.

5)Violences liées au droit à la terre.

Dans les régions rurales, les défenseurs pour le droit d’acceptation des terres non cultivées ont été tués ou agressés par des policiers militaires ou tueurs professionnels à la solde des grands propriétaires terriens.

6)Impunité.

Toutes les agressions et actes de violence restent impunis en raison de la lenteur de la justice brésilienne. Les militans des droits de l’homme continuent à persévérer et quelques anciennes affaires ont pu être jugées.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris