Histoire

L’histoire de la Belgique est très intéressante et très compliquée. Au début du Vème siècle, les Francs ont envahi la Belgique et installé la capitale à Tournai.

Cette période est de la dynastie des Mérovingiens. En 500, Clovis, le roi des Francs, a reçu le baptême et est parti pour Paris. Le début de la christianisation a commencé. En dynastie, des Carolingiens a pris de pouvoir. Mais, après la mort de Lois Débonnaire, le territoire de la Belgique a été divisé. L’ouest a été rattaché à la France et l’est à l’empire germanique. La célèbre bataille de Courtrai a mis fin à la domination française.

En Belgique actuelle, le 11 juillet est le jour de la fête de la communauté flamande. Au XVème siècle les régions de la Belgique étaient sous l’autorité des ducs de Bourgogne. Après la mort de Marie de Bourgogne, les principautés belges ont été sous la dénomination de Habsbourg. La première moitié du XVIème siècle marque une période de prospérité des arts et des sciences. Entre temps, le protestantisme s’est propagé aux Pays-Bas. Il y avait un mouvement contre Philippe II, qui était le roi d’Espagne et des Pays-Bas. Il était catholique. Les protestants du nord ont réussi à chasser les Espagnols mais les provinces du sud (l’actuelle Belgique) ont été conquises par les Espagnols. La religion catholique était obligatoire. En 1653, Philippe II a accordé aux provinces du sud un statut semi-indépendant. La deuxième moitié du XVII ème siècle a annoncé une nouvelle période de malheurs. Il y avait une crise économique en raison de la concurrence étrangère. En 1665, Bruxelles a été détruite par les Français. En 1715, les Pays-Bas ont été cédés à l’empire des Hasbourg, et une période plus calme a commencé. En 1792, la plupart des Pays-Bas ont été envahis par la république française. Pendant cette période, on construisait des usines et la révolution industrielle était très forte. Mais il n’y avait pas de liberté politique. Par exemple, en Flandre, l’usage de la langue néerlandaise était réprimé. Après la défaite de Napoléon, les Pays-Bas ont été réunis au royaume des Pays-Bas. La Belgique est passée sous le monarque hollandais, Guillaume d’Orange. Le 27 septembre, les troupes hollandaises furent chassées de Bruxelles, et le 4 octobre, un gouvernement provisoire proclama l’indépendance de la Belgique. Les Belges élaborèrent une Constitution et Léopold 1er de Saxe Cobourg Gotha fut choisi comme souverain.

La première Guerre Mondiale

Une semaine après le début de la guerre, le 4 août 1914, les ramées allemandes franchirent la frontière belge. Le gouvernement s’opposa à l’invasion et demanda l’aide de la France, de la Grande-Bretagne et de la Russie. L’armée belge opposa une résistance héroïque pendant quatre ans, les soldats retranchés sur les lignes de l’Yser tinrent tête à l’armée allemande. Le gouvernement belge s’exila au Havre tandis que le roi chevalier « Albert 1er » refusait obstinément de quitter la Belgique.

L’entre deux-guerres

La reconstruction des régions dévastées fut relativement rapide. En 1921, l’Union économique belgo-luxembourgeoise fut créée permettant un redressement plus rapide des industries et de l’agriculture. La période de reconstruction économique fut également propice à une nouvelle législation sociale : le droit de grève, la liberté syndicale et la semaine de 48 heures furent adoptés en 1921, les lois sur le salaire minimal et les congés annuels de six jours furent votées en 1936.

La Seconde guerre mondiale

Le 10 mai 1940, la Belgique était attaquée pour la seconde fois par l’Allemagne. Sans avertissement ni ultimatum, les terrains d’aviation, les gares et les centres de communication belges furent bombardés par l’aviation allemande, tandis que les divisions blindées allemandes se ruaient à travers les Ardennes. Les troupes françaises et britanniques venues au secours des armées belges furent encerclées ou refoulées autour de Lille et Dunkerque. Le 28 mai, le roi Léopold III capitula sans condition et refusa de suivre en exil le gouvernement belge. Le 30 mai, les ministres rompirent avec Léopold III qui fut interné au château royal de Laeken puis transféré en Autriche en 1944. Le gouvernement en exil rentra finalement à Bruxelles le 8 septembre 1944, dans le sillage des armées alliées. La bataille des Ardennes retarda la libération complète de la Belgique, qui ne fut achevée que le 5 février 1945.

La Belgique après-guerre

Le 12 mars 1950, après plus d’un an de crises gouvernementales successives provoquées par la question royale, les électeurs belges se rendirent aux urnes dans le cadre d’un référendum consultatif afin de se prononcer sur le retour de Léopold. Les votants se prononcèrent à 57,6% en faveur du retour du roi. Mais le parlement y était opposé, et ce n’est qu’après sa dissolution et de nouvelles élections élections que le roi put intervenir en juillet 1950. Cependant, ses ennemis ne désarmèrent pas : des grèves, des marches de protestation et des émeutes se produisirent dans de nombreuses agglomérations urbaines. On frôlait la guerre civile quand, le 3 août 1950, Léopold III accepta d’abdiquer en faveur de son fils, le prince héritier Baudouin, qui devint roi à sa majorité le 17 juillet 1951.

Source : Encyclopédie « Encarta » Rédaction : PICAVET W.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris