BURUNDI : Craintes pour la sécurité et harcèlement

Gabriel Nikundana, rédacteur en chef de la station de radio indépendante Isanganiro de Bujumbura, la capitale du pays, a été harcelé par des membres du parti au pouvoir, le Conseil national pour la défense de la démocratie au Burundi–Forces pour la défense de la démocratie au Burundi (CNDD-FDD). Sa vie est peut-être menacée.

Le 24 août, Isanganiro a diffusé une interview d’Alain Mugabarabona, leader de l’opposition politique emprisonné avec au moins six autres personnes dans la prison de Bujumbura pour une tentative de coup d’État qui aurait apparemment eu lieu cette année. Au cours de cet entretien, Alain Mugabarabona a affirmé que des membres des services de sécurité l’avaient torturé, lui et les autres détenus, afin de leur arracher des « aveux ». Il a également qualifié la prétendue tentative de coup d’État de montage orchestré par le CNDD-FDD.

Le 3 septembre, le site Internet du CNDD-FDD a publié une photo de Gabriel Nikundana, affirmant qu’il avait fui au Kenya. Le 5, après que des éléments eurent clairement montré que cette histoire ne correspondait pas à la réalité, un autre article a été publié sur le même site, impliquant Gabriel Nikundana dans la tentative de coup d’État et le décrivant comme le « plus extrémiste des journalistes » de radio Isanganiro.

En 2001, Gabriel Nikundana a été arrêté et inculpé d’appartenance à un groupe d’opposition armé et de diffusion d’« informations faisant la propagande de l’ennemi de la nation burundaise en temps de guerre » après que la station de radio indépendante qui l’employait à l’époque eut diffusé l’interview du chef des Forces nationales pour la libération (FNL), un groupe d’opposition armé.


Modèle de lettre

[/Président du CNDD-FDD :

Monsieur Hussein Radjabu

Permanence du parti CNDD-FDD

Bujumbura

Burundi
/]

Monsieur,

Je suis un/e étudiant/e de l’école…. en Belgique.

Je suis préoccupé(e) par la sécurité de Gabriel Nikundana, qui a été harcelé par des membres du Conseil national pour la défense de la démocratie au Burundi–Forces pour la défense de la démocratie au Burundi (CNDD-FDD) uniquement en raison des activités pacifiques et légitimes qu’il exerce en sa qualité de journaliste ;
Sa vie est peut-être menacée depuis la parution d’un article sur le site Internet du CNDD-FDD, qui l’accuse d’être lié à une tentative de coup d’État apparemment menée le 31 juillet dernier et le qualifie d’« extrémiste », et depuis que le chef de ce parti a laissé entendre que tout journaliste se risquant à critiquer le gouvernement verrait sa vie menacée ;

Je vous prie de prendre les mesures suivantes :

 garantir la sécurité de Gabriel Nikundada ;

 appeler les autorités burundaises à veiller à ce que les journalistes soient autorisés à travailler en toute indépendance, sans crainte d’être la cible d’attaques, de harcèlement ou de toute autre violation de leurs droits humains.

En espérant que vous tiendrez compte de ma lettre, je vouis prie de croire, Monsieur, à l’expression de mes sentiments distingués.

Nom et prénom :

Adresse :

Signature :

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris