Interview avec Xavière Remacle, islamologue Quand on dit " non " à nos parents, est-ce qu’on ne leur manque pas de respect ?

Amnety Jeunes : est-ce que vous pouvez vous présenter ?

Xavière Remacle : je m’appelle Xavière Remacle, j’ai une formation d’islamologue. J’ai enseigné pendant de nombreuses années dans des écoles secondaires à des jeunes entre 15 et 18 ans, et j’ai animé beaucoup de groupes de discussion sur les thèmes des mariages, de la sexualité etc.
Actuellement je travaille comme formatrice en communication interculturelle je forme des adultes. J’ai rencontré beaucoup de jeunes adultes, ici, de l’immigration, qui ont traversé l’étape du mariage et qui témoignent de la façon dont ils ont pu gérer leurs choix matrimoniaux. J’ai l’occasion de travailler avec des personnes qui travaillent dans le domaine de l’aide à la famille, de l’aide aux jeunes et qui se demandent de plus en plus comment aider les jeunes à faire des libres choix dans la décision du mariage.

AJ : un mariage forcé c’est quoi ?

XR : et bien, c’est très simple, un mariage forcé c’est une proposition de mariage qui n’est pas une vraie proposition, c’est une imposition de mariage, à laquelle on n’a pas la possibilité de dire " non ". Qu’est-ce que ça veut dire avoir la possibilité de dire " non " ? C’est vrai que les premières images quand on parle de mariages forcés, ce sont des images de contraintes physiques, une fille qui est enlevée dans son propre pays, des parents qui font des menaces, qui disent par exemple que si elle n’accepte pas on va la tuer, des menaces extrêmes, là on voit clairement que le mariage est forcé. Mais il y a d’autres façons de forcer le mariage, il peut y avoir une pression affective, et surtout un mode d’éducation où le jeune ne se sent pas du tout la liberté de refuser la proposition des parents. A partir du moment où il n‘ y a pas la liberté de dire " non ", il y a mariage forcé.
Il y a aussi mariage forcé quand on manque d’information, quand le jeune homme ou la jeune fille est dans un terrain où il ne voit pas très clairement ce qui lui arrive. On lui ment, on omet certaines choses et donc il est un peu manipulé, il est comme dans un rêve et quand il se réveille de ce rêve il dit " Mon Dieu, qu’est-ce que j’ai fait, pourquoi j’ai accepté ". Au moment de dire " oui " il a eu l’impression d’être libre, et c’est après qu’il se rend compte qu’il n’avait pas toute sa lucidité pour dire " oui ".

AJ : et quand on dit " non " justement à nos parents, est-ce qu’on ne leur manque pas de respect ?

XR : évidemment, tout dépend de la définition du mot " respect ". Certains parents font croire à leurs enfants que leur refuser quelque chose c’est leur manquer de respect, parce qu’ils confondent un peu vite respect et soumission.
Je pense qu’il y a une façon d’être vrai et authentique, qui respecte davantage les parents ; et il faut aussi penser au respect pour le futur conjoint ! Accepter un mariage arrangé, c’est aussi contraindre un partenaire qu’on ne connaît pas à une vie qu’il n’a pas choisi non plus. C’est aussi un manque de respect.
Il faut aussi penser au respect pour les futurs enfants qui vont naître de ce mariage, la génération future a le droit de naître dans des conditions familiales plus harmonieuses que celles d’un mariage contraint.

AJ : et si on n’est plus obligé de se marier entre cousins ou familles, est-ce que ce n’est pas notre culture qui va disparaître ?

XR : là encore, qu’est-ce que c’est la culture ? est-ce qu’elle doit être identifiée aux gènes, au clan, à la famille ? je pense que ce qu’on fait quand on se marie à l’intérieur de la famille, c’est qu’on perpétue un patrimoine génétique, par contre la culture n’est pas forcément menacée quand on épouse une personne hors du clan. Au contraire, c’est parfois une façon de permettre à cette culture de se répandre et de se faire connaître.
Une culture est vivante, elle ne reste pas enfermée à l’intérieur du carcan de la famille. Elle peut au contraire devenir plus vivante, retrouver une nouvelle vitalité au contact avec les autres cultures.

AJ : quand nos parents n’ont pas d’argent, n’est-on pas obligé d’accepter de se marier ?

XR : je pense que la raison économique est la pire des raisons de se marier parce qu’il s’agit d’envisager une vie avec des personnes, c’est donc même une question de dignité humaine. Se marier pour des raisons économiques peut se comparer à une situation de marché, de réduction de la personne humaine à un objet de transaction commerciale. Donc, je pense que parfois on croit que le mariage va être une solution, mais à ce moment là, il faut un peu objectiver les choses, dire voilà, où est la difficulté économique réelle ? est-ce qu’il y aurait d’autres moyens de les résoudre plutôt que de se vendre dans une transaction de ce type là ?

AJ : Vous parlez de solutions, d’accord, ce n’est pas normal d’être forcé à se marier mais le mariage forcé ça existe, est-ce que ça existera toujours selon vous ?

XR : ça a existé dans les pays occidentaux, les " mariages forcés ", les " mariages arrangés " surtout, ils ont toujours existé et jusqu’à il n’y a pas si longtemps, et on voit que ce n’est pas une fatalité, que plus on développe chez le jeune l’esprit critique, l’information, la maîtrise de leur destin, plus la scolarité se prolonge plus ils peuvent endosser eux-mêmes la responsabilité du choix du conjoint. Donc ça ne peut être une fatalité, la plupart des sociétés évoluent vers une émancipation de l’individu.

AJ  : est-ce que ce n’est pas mieux que nos parents choisissent pour nous plutôt que de vivre tout seul comme beaucoup de gens aujourd’hui ?

XR : c’est une vraie question, je comprend très bien cette angoisse et c’est vrai que dans les pays occidentaux il y a beaucoup de solitude, beaucoup de célibataires, c’est vrai que notre nouvelle forme de vie c’est une forme de vie risquée, c’est à dire que l’on dit, dans nos sociétés modernes " cherchez votre conjoint ! " mais cherchez, où ça ? à l’échelle d’une grande ville ? dans l’anonymat des grandes villes ? on cherche on cherche et on ne trouve pas, il y a des laissers pour compte, beaucoup de gens seuls, alors je comprend très bien que ce soit une tentation de demander aux parents d’arranger un mariage pour échapper à la solitude. Tout dépend de ce qu’on entend par " mariage arrangé " !
Que vos parents puissent vous aider à rencontrer quelqu’un, pourquoi pas ! Mais il faut bien veiller à ce que la personne que vous allez choisir ne soit pas contrainte elle-même, il faut essayer de se mettre à sa place. Que les parents puissent aider les enfant à se rencontrer c’est une chose, mais les obliger à se marier, c’est évidement l’étape suivante, il faut être très vigilent.

AJ  : pour finir, quel message vous voudriez faire passer aux jeunes ?

XR : je dirais qu’il ne faut pas avoir peur des changements de société, l’évolution des rapports entre hommes et femmes, tout le monde a à y gagner. Les femmes bien sûr y gagnent beaucoup mais les hommes aussi car il est clair que avec une femme avec qui on a des échanges égalitaires, à qui on peut se confier, avec qui on peut se comprendre, évidemment c’est plus difficile car ça suppose d’être à l’écoute, d’entretenir en permanence le sentiment amoureux, ce qui est un défi ! Le couple moderne c’est un couple plus difficile, mais c’est un couple qui apporte énormément de joie et d’épanouissement.
Les garçons ont beaucoup à y gagner.

AJ : Merci !

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris