Devenir un agitateur des droits humains

En cette année de célébration du 60ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, Amnesty International mène une campagne sur le thème des défenseurs des droits humains et des militants.

A travers le projet "Passeport pour les droits humains", nous voulons que les jeunes des groupes écoles deviennent des agitateurs, c’est-à-dire des jeunes capables de réfléchir et d’agir. Sous le slogan « les droits humains, je les dis, je les vis », nous souhaitons qu’ils joignent l’action à la parole et à la créativité.

Devenir un défenseur ou un agitateur des droits humains

Nous sommes tous des citoyens du monde, au-delà de notre appartenance à un pays et à une culture. C’est notre qualité d’être humains solidaires les uns des autres qui peut compenser les réflexes égoïstes, les replis sur soi, les appels à la haine, les injustices commises contre les plus faibles. Plus que jamais, la solidarité doit jouer contre la division, car, parmi les victimes, les « gens qui s’en sortent » sont ceux pour lesquels se mobilisent d’autres « gens qui s’en mêlent ». Chez Amnesty, nous voulons être de ce dernier groupe. Et nous t’invitons à nous rejoindre !

Chacun de nous peut devenir un défenseur des droits humains. Et il n’est jamais trop tôt ni trop tard pour commencer !

Amnesty, un mouvement né de la colère

Quand, au début des années 1960, l’avocat anglais Peter Benenson a eu l’idée de fonder un mouvement de bénévoles qui viendraient en aide aux personnes victimes d’injustice partout dans le monde, il posait un geste précurseur. Un geste basé sur la solidarité internationale entre « citoyens du monde ». Un geste que répètent des milliers de membres d’Amnesty lorsqu’ils écrivent une lettre pour défendre une personne qu’ils ne connaissent pas, d’un pays où ils n’ont peut-être jamais été et dont ils n’avaient peut-être jamais entendu parler.

Les défenseurs des droits humains sont des personnes en colère. Mais comme l’exprime bien un slogan d’Amnesty, « on a raison d’être en colère, on aurait tort de ne rien en faire ».

Cette colère, il faut donc la changer en énergie positive, pour affronter l’indifférence, la peur ou la soumission, pour oser ramer à contre courant.
C’est cette énergie positive que nous voulons te transmettre. En lisant ces témoignages, en découvrant ces visages de personnes qui travaillent dans des conditions pénibles, souvent au risque de leur vie, parfois même au risque de la sécurité de leur famille, on ne peut que ressentir de l’admiration, du respect. Nous pouvons tous nous inspirer de ces exemples et trouver nos propres combats pour plus de solidarité.

Les droits humains, je les dis, je les vis.

Amnesty vous propose de vous engager concrètement avec vos élèves dans la défense des droits humains. Pas uniquement pour parler des droits humains, mais aussi pour réfléchir à la façon dont on peut s’engager ici, en Belgique, pour un monde meilleur.

Pour vous faciliter la tâche, nous vous donnerons un dossier sur la gestion de projet et des fiches pratiques pour organiser des actions. Nous insistons encore pour que les jeunes puissent s’approprier ces outils, afin de devenir le plus autonomes possibles, avec le soutien des professeurs responsables. Nous pensons que ce type de projet peut décharger le professeur grâce à la force de la motivation qui, nous l’espérons, poussera les jeunes à s’organiser par eux-mêmes.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris