Etats-Unis : détention illégale à Guantanamo

Le 18 janvier 2002, six hommes de nationalité algérienne ont été remis par les autorités bosniaques aux Etats-Unis qui les détiennent à Guantánamo depuis. Ce transfert s’est fait contre l’avis de la Cour Suprême et de la Chambre des Droits de l’Homme de la Fédération de Bosnie-Herzégovine. Comme tous les détenus à Guantánamo, ces hommes sont détenus sans inculpation ni jugement et leurs droits à la défense sont bafoués.

Note : vous pouvez également envoyer un petit mot rédigé en anglais aux épouses de deux prisonniers pour soutenir le moral de ces femmes. Leurs connaissances en anglais sont très limitées. Si vous connaissez le bosniaque, n’hésitez pas….! Vous trouverez leur adresse ci-dessous.


MODELE DE LETTRE (Voir traduction ci-dessous)

George W. Bush
The President<br<
The White House
1600 Pennsylvania Avenue
Washington DC 20500
USA
Fax : 001 202 456 2461

Dear President Bush,
I was informed by Amnesty International, an organization that addresses human rights violations worldwide, on the unlawful detention at Guantánamo Bay of Bensayah Belkacem, Lakhdar Boumediene Hadj Boudellaa, Mustafa Ait Idir, Saber Lahmar and Mohamed Nechle. These men were unlawfully transferred by the Bosnian authorities into US custody on 18 January 2002, following an order for their release by the Supreme Court of Bosnia-Herzegovina.
I would like to inform you that the detention of these men has been found to violate international law by the Bosnia-Herzegovina Human Rights Chamber, which concluded in the case of four of the detained men, that their detention violated several of their rights including the right to liberty and the right not to be arbitrarily expelled in the absence of a fair procedure. This is why Amnesty International believes that these men have been and continue to be arbitrarily detained in violation of Article 9 (1) of the ICCPR to which the US is a party. Moreover, as for the other prisoners at Guantánamo, I express concern that they have not been allowed to challenge the legality of their detention, as provided under Article 9(4) of the ICCPR.
Therefore, I urge you to charge the six men, and all other detainees, at Guantánamo with a recognizable criminal offence, and to bring them to trial within a reasonable time and without recourse to the death penalty, or release them without delay.

Yours faithfully,

Copies à :
Ambassade des Etats-Unis d’Amérique
27 Boulevard du Régent
1000 Bruxelles
fax : 02/511.27.25, email : sniderpw@state.gov


TRADUCTION

J’ai été informé-e par AI, une organisation qui défend les droits humains dans le monde entier, de la détention illégale à Guantánamo Bay de Bensayah Belkacem, Lakhdar Boumediene Hadj Boudellaa, Mustafa Ait Idir, Saber Lahmar and Mohamed Nechle. Ces hommes ont été remis par les autorités bosniaques aux autorités américaines le 18/01/02 malgré une décision de la Cour Suprême de Bosnie de les relâcher.

Je vous informe que la détention de ces personnes a été considérée par la Chambre des Droits humains de Bosnie comme une violation des lois internationales, et que, dans le cas de quatre des détenus, se trouvaient bafoués, et le droit à la liberté et le droit à ne pas être expulsé sans procédure légale. C’est pourquoi AI considère que la détention arbitraire de ces personnes est une violation de l’article 9 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), auquel les USA sont partie. De plus, je suis préoccupé-e par le fait que - comme les autres détenus de Guantánamo -ils n’aient pas été autorisés à contester leur détention, en vertu de ce Pacte.

C’est pourquoi je vous exhorte à faire en sorte que ces six hommes, comme d’ailleurs toutes les personnes détenues à Guantanamo, fassent l’objet d’une accusation précise et soient jugés dans un délai raisonnable, sans recours à la peine de mort, et sinon, qu’elles soient relâchées sans délai.

Veuillez agréer...


Adresses des épouses des prisonniers :
Vous pouvez leur envoyer vos encouragements, vos mots d’espoir…

Nadja Dizdarevi_
Emila Zole 10/22
71000 Sarajevo
Bosnia-Herzegovina

Nadia a fait connaître le cas de ces 6 hommes et pris certaines initiatives. Elle aurait reçu des coups de téléphone menaçants (d’après elle, ils proviennent du quartier général de la police de Sarajevo). Les autres femmes se taisent par peur de représailles.

++++++++++++++++++++++++
Sabiha Delic Ait Idir
Branislava Nusica 112
71000 Sarajevo
Bosnia-Herzegovina

Sabiha n’a plus eu de nouvelles de son mari depuis le mois d’octobre 2002. Elle était enceinte quand son mari a été transféré à Guantanamo Bay et a accouché depuis. Elle est très reconnaissante à Amnesty d’avoir pris en charge le cas de son mari et serait heureuse de recevoir du courrier de la part de membres d’Amnesty.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris