Homosexualité : le mariage, un rêve devenu accessible

Avec la loi du 13 février 2003, ouvrant le mariage à des personnes du même sexe et modifiant certaines dispositions du code
civil, la différence de sexe n’est plus une condition de mariage. La Belgique (à l’instar des Pays-Bas, de l’Angleterre, du Danemark et de l’Espagne) a libéralisé le mariage de deux Dersonnes de même sexe.

Les institutions du mariage ayant considérablement évolué au fil du temps, l’intérêt de la société envers le mariage réside désormais moins dans la protection de la lignée que dans le soutient aux formes d’organisations familiale qui contribuent à des engagements plus durables entre les personnes, pour le meilleur et pour le pire. Ce critère est, avec la reconnaissance du droit à l’égalité, le plus important pour juger du bien fondé d’étendre aux conjoints de même sexe le droit au mariage.

Si. pour la société, l’important est de consolider les formes durables d’organisation familiale, l’extension aux homosexuels du droit au mariage est bonne. Les avantages du mariage (une division du travail dans le ménage, une socialisation et l’éducation des enfants, une relation d’alliance de deux familles) valent pour les unions homosexuelles autant que pour les autres.

En ce qui concerne la liberté de croyance, il est probable que la célébration de mariage homosexuel soit refusée si cela est contraire à leur doctrine. Beaucoup de croyants s’opposent au mariage civil pour les homosexuels au nom de" leur foi. Par opposition, de plus en plus de théologiens voient une contradiction dans l’exclusion des homosexuels u sacrement du mariage. Ainsi, l’exclusion de quiconque du Royaume de Dieu pose un grand problème théologique.

Le principal argument défavorable au mariage homosexuel est la contradiction qui existe entre homosexualité et procréation, Cette contradiction tombe sous le sens bien que les statistiques montrent que même les couples hétérosexuels ne se forment plus nécessairement pour procréer. Aussi il arrive que le mariage survienne après la naissance d’enfants ou que ceux-ci soient nés d’unions précédentes. Le mariage étant le meilleur contexte pour élever un enfant, la même logique vaut de même pour les homosexuels, Plusieurs découvrent leur homosexualité après avoir eu un enfant. Un homosexuel célibataire peut aussi en adopter un, pour autant que l’on recherche le bien de l’enfant et qu’il puisse vivre dans un cadre stable et durable.

D.D.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris