Communsime et droits de l’homme dans l’ex-URSS

L’URSS, ou Union des Républiques Socialistes Soviétiques est un état fédéral ayant existé entre 1922 à 1991.

Le régime politique dominant était une « dictature de prolétariat » contrôlé par un seul parti, le parti communiste.
Le communisme est une théorie économique et sociale qui vise à créer une société sans division de classes sociales.

L’éclatement de l’URSS en décembre 1991 provoque de nombreux et massifs mouvements de population dans les futurs pays indépendants (voir témoignages d’Alexandre et lIias). Il est également responsable de l’apparition de nouvelles frontières dans ces pays et de millions de personnes se retrouvant « sans patrie ». Le déclin économique qui en résulte fait craindre le déferlement d’une vague d’immigration dans les pays d’Europe Occidentale, alors déjà saturés.

Les conflits dans le Caucase du Sud entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, déjà bien présents fin des années 80 (près de 700 000 victimes au total avant 1991) s’enveniment avec la dissolution de l’URSS : escalade de la violence et nouveaux mouvements de population. Ces conflits dureront jusque mai 1994 et feront déplacer plus d’un demi million d’Azerbaïdjanais.

D’autres conflits suivront dans les années 1990 dans d’autres régions, que ce soit dans le Caucase du sud, en Géorgie(plus de 250 000 déportés) ou au Tadjikistan( près de 600000 déportés) ou dans le Caucase du Nord, en Tchéchénie par exemple où les conflits entre Russes et Tchétchènes sont toujours à l’ordre du jour bien que
moins importants qu’à leurs débuts. Il n’est donc guère étonnant étant donné la menace persistante pendant cette décennie qu’on assiste à une recrudescence de l’émigration de ces populations vers des pays d’Europe Occidentale ayant un respect presque total des droits de l’homme, dont la Belgique fait évidemment partie.

Il est évident que tous les mouvements de population ne sont pas uniquement dûs à des guerres civiles - quoi qu’elles y contribuent largement - et donc dans un but de sécurité mais également parfois dans un but économique. Le déclin de l’Union Soviétique évoqué ci¬dessus a également provoqué le déclin de l’économie des pays concernés par cet éclatement. Bien qu’ils aspiraient en grand partie à l’indépendance, ces pays regroupés fictivement sous la CEl (Communauté d’Etats indépendants) devaient brutalement survivre par eux-mêmes, instaurer de nouveaux systèmes politique et économique qui étaient jusqu’alors régis par une seule autorité. Ces pays durent brusquement voler de leurs propres ailes et il n’est donc pas étonnant qu’ils mènent a de plus ou moins gros balbutiements.

Pour les raisons invoquées ci-dessus, nombreuses furent donc les familles qui tentèrent et tentent encore leur chance sous des cieux plus propices, des terres d’acceuil respectant les droits de l’homme avec des systèmes économiques viables.

Ces familles ont enfin le droit de vivre et non plus survivre, d’avoir à leur disposition un toit, un emploi et, aspect des plus primordiaux, le droit à un avenir.

(par A-M)

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris