Analyse sociologique : Quoi d’neuf docteur ? Que se passe-t-il dans notre tête ?

Un point de vue plus ‘théorique’ de la discrimination et de l’identification dans notre société contemporaine.

Ce n’est pas un secret, la différence fait peur, la différence dérange et conduit à une discrimination quotidienne et intolérable.

Cela va du petit garçon qui refuse de s’asseoir à coté d’une petite fille noire à l’homme qui tue son voisin parce qu’il est homosexuel. Dites comme cela les choses font peur et sont dures à accepter ; bien sûr nous ne vivons pas ce genre d’événements au quotidien mais la discrimination est bel et bien présente.

Nous sommes tous effrayés par la différence, l’originalité. Selon des enquêtes menées par des sociologues, nous ne tolérons pas facilement que l’autre ne soit pas tel que nous le voulons parce que l’accepter signifie aussi admettre que NOUS, nous sommes différents de l’autre et imparfaits. Face à cette remise en question, nous perdons nos repères.

En effet, nombreuses sont les personnes qui refusent de ‘mettre en danger’ leurs repères en se fermant à un monde qui peut offrir une interculturalité. Il est difficile de prendre des initiatives qui sont susceptibles de perturber nos habitudes et notre perception des choses. Nos préjugés nous font passer à côté de personnes exceptionnelles qui, par leurs différences, peuvent nous enrichir plus que nous le pensons.

Il ne faut pas confondre préjugés et discrimination !

Il est important de rappeler que les préjugés ne sont pas une forme de discrimination mais des idées que nous nous faisons d’avance vis-à-vis de quelqu’un. Mais certaines études font clairement apparaître que nos a priori sont souvent à l’origine d’une attitude discriminante.

Et l’identité dans tout cela ?

Etre unique, définir son identité, affirmer sa personnalité, tant de choses auxquelles tout individu tente d’aboutir et cela la plupart du temps au sein d’un groupe.
Pourquoi ? La question est intéressante. Nous devrions tous nous la poser. Pourquoi nous rassemblons-nous en groupes ? Pourquoi forme-t-on des ‘clans’ ?

On se rassemble, on forme des groupes pour se trouver à travers les autres, pour se sentir reconnu comme un être à part entière et s’accepter. Il est plus facile de s’accepter si les autres nous acceptent.

Ce n’est pas pour rien que les adolescents forment des groupes dans lesquels ils se reconnaissent grâce à un style vestimentaire. Mais suite à des sondages, aujourd’hui plus qu’une différence de style, il s’agit d’une différence de mentalité qui draine toute une culture musicale, une attitude, une manière de vivre, un ‘code’ qu’eux seuls peuvent comprendre. C’est pourquoi le gouffre se creuse de plus en plus ; l’intolérance est d’autant plus forte. Ils s’identifient à ceux qui leur sont identiques parce qu’ils éprouvent le besoin de se trouver, de se reconnaître : ils se cherchent.
Mais pour se trouver il faut aussi aller vers les autres car ce sont eux qui nous ouvrent à d’autres horizons, à d’autres cultures.

Nous devrions faire preuve de plus d’ouverture d’esprit et bien des problèmes seraient réglés, bien des compromis seraient trouvés et cela pas seulement dans la cour de récré !

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris