Le football en noir et blanc

Imaginons : un match de foot entre l’équipe A et l’équipe B. Un joueur blanc de la première équipe insulte un joueur noir de l’autre camp. Pure fiction ?

Dans le championnat belge, on ne compte pas moins de 60 joueurs de
couleurs en première division nationale. Les joueurs étran¬gers, européens y compris, sont près de cent dans les effectifs de départ. C’est ainsi qu’on ne comptabilise que 48 joueurs belges blancs dans ce même championnat.
Si on s’attarde au classement des buteurs de notre élite, il apparaît que les deux meilleurs réalisateurs sont deux joueurs noirs. Donc si on ne devait compter que sur nos Belges, ce même championnat ne perdrait-il pas de sa saveur ? Où serait alors cette touche de génie qui manque visiblement aux joueurs du cru ?

Des enjeux qui entraînent la rage

En football, on déplore que la compétition ait supplanté le sport pour le sport. À un point tel qu’il n’est pas rare qu’à cause de la tension qui règne autour des pelouses, la rage de certains supporters entraîne des propos racistes à l’égard de joueurs de couleurs.
Chaque week-end, et pas seulement dans l’élite, mais aussi sur les terrains des plus petites équipes de village, on entend des insultes à caractère raciste.
De surcroît, le fairplay a disparu. Les jeunes supporters sont aussi parfois influencés par le comportement de leurs stars préférées sur le terrain.

Il arrive même que les enjeux financiers importants polluent le bon déroulement de matches de football. Des arbitres, appelés aussi en jargon « footballistique » les hommes en noir, en font aussi les frais et sont montrés du doigt par des supporters acharnés, quand ils ne sont pas eux aussi victimes de propos insultants.

Alors le foot en noir ou blanc ?

Nous pencherons plutôt pour un sport d’équipe collectif multicolore à l’instar de cette équipe de France qui a remporté la coupe du monde en 1998 et qui était constituée d’un savant dosage de noir, de blanc, de café au lait, etc.
Peut-être qu’un jour, si l’amusement reprend sa place sur la pelouse, l’agressivité et tout le mal qui en découle, disparaîtra.

Thomas DEFOIN

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris