Le handicap : fléaux des moqueries !

Témoignage d’une femme de 50ans :

Je souffre du phénomène(syndrome) de Tullio. C’est une perte de conscience sous l’influence d’un bruit violent. C’est dû à une déficience des canaux semi-circulaires de l’oreille interne.
J’ai attrapé cette maladie suite à un accident de travail. J’étais professeur d’arts parlés, c’est-à-dire de déclamation. Ma classe était située au-dessus d’une classe de percussion. Il n’y avait pas d’isolation car c’était une vieille école. Je travaillais 6 heures par jour entre 90 et 110 décibels.
En ce qui concerne la discrimination, les personnes ne comprennent pas, et ils font du bruit exprès, ils ne tiennent pas compte de la souffrance. Ils rient, m’insultent (par exemple : " tu es folle, tu dois aller en psychiatrie "), ils ne réalisent pas la gravité de la maladie car celle-ci est inconnue.
Parfois, lorsque les troubles se produisent dans la rue, les personnes ont l’impression que je suis ivre.

Les handicapés dans le monde

A l’heure actuelle, nous dénombrons 600 millions d’handicapés dans le monde. Ceux-ci affectés par des problèmes de santé mentale ou par un handicap psychosocial ne sont pas une petite minorité, ils représentent 10% de la population totale et concernent environ 45 millions de personnes dans l’Union Européenne. Les personnes handicapées ou malades peuvent vivre les mêmes formes de discrimination , notamment en ce qui concerne l’intégration et la participation à la société tant au niveau professionnel que privé.
De plus, le regard que portent la société sur les personnes handicapées est empreint de préjugés. Dans un tel contexte, il est difficile pour les personnes handicapées de faire valoir leurs droits, parfois même les plus élémentaires.
Il est nécessaire de stimuler la personne, lui permettre de jouir du maximum d’autonomie possible par le biais de jeu, d’apprentissage, de rééducation. Le fait de délaisser les personnes handicapées quel que soit leur handicap représente une discrimination.

Différentes sortes de handicaps

handicaps physiques -> handicaps sensoriels, handicaps moteurs et maladie chronique (épilepsie par exemple).
handicaps mentaux -> déficiences mentales et intellectuelles, autisme.

L’impact des déficiences sur la personne handicapée

Celles-ci dépendent principalement de 2 facteurs.
 le facteur environnemental c’est-à-dire du monde dans lequel évolue la personne.
 le facteur personnel c’est-à-dire la personnalité de l’individu et l’estime de soi. Comment la personne ressent son handicap, jusqu’à quel point elle se sent différente, exclue, diminuée.
En effet, les mots que l’on utilise pour décrire le handicap tel que "arriéré", "idiot", "inadapté" etc. sont révélateurs du regard porté sur la différence. Ces termes à connotation négatives dévalorisent et stigmatisent. Ils sont donc discriminatoires. Dans ses déclarations des droits du déficient mental (1971) et des personnes handicapées (1975), l’Assemblée générale de l’ONU pose que la personne handicapée "a essentiellement droit au respect de sa dignité humaine".
La discrimination envers les personnes handicapées revêt différentes formes. Ainsi, on remarque que les personnes handicapées physiques ne font pas toujours face aux mêmes discriminations que les personnes souffrant d’une déficience mentale. La sémantique est très importante. Les insultes handiphobes tel qu’ "imbécile léger" sont directement dirigées à l’encontre des personnes atteintes de maladies mentales. Néanmoins, on retrouve aussi un langage discriminatoire envers les personnes handicapées physique : "la boiteuse" ou encore "les étudiant(e)s handicapé(e)s profitent de leur déficience pour se la couler douce". Les personnes handicapées n’échappent pas non plus au harcèlement moral au travail. La discrimination envers les personnes handicapées est aussi présente dans le domaine du logement. La discrimination fondée sur le handicap physique est aussi surtout caractérisée par le manque d’accessibilité. Ainsi, il existe de véritables lacunes dans le domaine de l’accès à l’éducation, l’accès aux transports en commun, l’accès à des centres culturels, etc. pour des personnes handicapées ce qui limitent leurs activités et réduit considérablement leur participation à la vie sociale.

La maladie : plusieurs significations

En français, le terme maladie renvoie à plusieurs significations :
 altération de la santé, des fonctions des êtres vivants.
 altération, dégradation de quelque chose.
 troubles dans la manière de se conduire ; comportement excessifs ; passion.
Nous sommes tous différents, mais certaines différences sont lourdes à porter. Pensons notamment à certaines maladies qui -à tort- portent la honte en elles, comme la lèpre, la tuberculose ou le sida.
Toutes les personnes souffrant de santé mentale sont également confrontées à la discrimination, au niveau du travail, du logement, des relations sociales, des services de santé et des droits humains. Leurs proches et leurs soignants se confrontent souvent à la même discrimination, qui est due au tabou et à la stigmatisation. Cela occasionne de la tristesse, de la détresse, des dégâts à long terme et de l’exclusion sociale.
La discrimination dans les prisons basée sur l’accès aux soins de santé que subissent les prisonniers est une atteinte directe à leur dignité et est un traitement inhumain et dégradant.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris